Comment pouvons-nous prévenir l’obésité?

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Quels sont les traitements efficaces en matière d’obésité? C’est là la grande question du jour. Il existe des liens irréfutables entre l’obésité, l’activité physique et l’alimentation, mais les stratégies uniquement axées sur l’exercice et l’alimentation saine ne sont pas efficaces. Des interventions radicales, comme la chirurgie bariatrique, sont de plus en plus pratiquées, mais certains s’interrogent sur la viabilité de la solution chirurgicale chez la majorité des gens. 

Certains chercheurs commencent à se pencher sur la question de l’obésité en utilisant une approche holistique et dressent un tableau général de la situation. Ils constatent que la pauvreté et l’environnement jouent un rôle intrinsèque et important quant à l’occurrence de maladies liées à l’obésité, surtout chez les femmes. Lorsqu’une personne ne peut se procurer des aliments sains (une situation connue sous le nom « d’insécurité alimentaire ») et qu’elle n’a pas les moyens (ni le temps) de faire de l’activité physique, le message « vous n’avez qu’à bien manger et vous mettre en forme » tombe à plat. Aussi, plus une personne est pauvre, plus elle risque d’habiter une maison qui contient du plomb et de vivre près d’une usine polluante, plus elle risque aussi d’acheter des aliments moins chers qui contiennent des produits toxiques, etc., et des aliments obésogènes.

Une démarche qui se penche uniquement sur l’activité physique et la saine alimentation n’est pas efficace.

5 vérités sur les diètes amaigrissantes
Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes, 2012
Décrit les risques liés aux diètes amaigrissantes et leur inefficacité.

Obésité et troubles cardiaques : l’exercice en prévention ne suffit pas
Passeport santé, 2008
Présente les résultats d’une étude qui conclut que les femmes obèses qui font régulièrement de l’activité physique voient leur risque de troubles cardiaques diminué. Mais l’exercice seul ne suffit pas.

L’obésité : d’abord un problème collectif?
Passeport santé, 2005<
Explique comment nos choix personnels sont en bonne partie conditionnés par l’environnement et que l’obésité n’est plus un problème individuel mais collectif.

Maigrir…ou être comme je suis?
L’Association pour la santé publique du Québec
Explique les dangers et les résultats des diètes amaigrissantes 

Des interventions radicales, comme la chirurgie, sont de plus en plus pratiquées

La chirurgie bariatrique protégerait le système cardiovasculaire
Medscape France, 2012
Avec plus de 10 ans de recul, le suivi de la cohorte Swedish Obese Subjects study (SOS) révèle que la chirurgie bariatrique est associée à une diminution du risque cardiovasculaire chez les personnes souffrant d’obésité sévère, en particulier en cas d’insulinorésistance.

La chirurgie bariatrique pour les patients obèses permet de diminuer leur poids, mais aussi le risque de cancer
Centre universitaire de santé McGill, 2008
Selon cette recherche, une chirurgie bariatrique réussie permet aux patients obèses morbides d’éliminer jusqu’à 70 pourcent de leur excès de poids et de maintenir cet état.

L’insécurité alimentaire et l’obésité sont liées

Transition nutritionnelle et obésité
L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
Explique comment l’obésité dans le monde en développement est le résultat d’une série de changements liés à l’alimentation, à l’activité physique, à la santé et à la nutrition. Ce phénomène porte le nom de « transition nutritionnelle ». 

Le rôle de l’industrie des aliments bourratifs

Obésité : l’agroalimentaire doit revoir ses pratiques, croit l'INSPQ
Passeport santé, 2006
Selon l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le maintien de la lutte à l’obésité est une responsabilité collective à laquelle doit aussi contribuer le secteur agroalimentaire en modifiant certaines de ses pratiques. 

La Coalition Poids
Leur mandat est de susciter les appuis nécessaires pour revendiquer des modifications législatives et réglementaires et pour modifier les politiques publiques dans trois secteurs stratégiques (agroalimentaire, socioculturel et environnement bâti), susciter la mise en place d’environnements favorisant des choix santé et ainsi prévenir les problèmes de poids.

L’IMC est-il un bon outil? Le débat sur cette unité de mesure (sidebar)

Indice de masse corporelle et obésité : des résultats qui surprennent
Passeport santé, 2009
Présente une étude canadienne qui remet en question la précision de l’indice de masse corporelle (IMC), l’outil de mesure le plus couramment utilisé pour diagnostiquer l’obésité et l’embonpoint.

Prévention : le tour de taille mieux que l'IMC?
Passeport santé, 2006
Explique comment, que vous soyez un homme ou une femme, votre tour de taille serait une mesure plus précise que votre âge ou votre indice de masse corporelle (IMC) pour prédire votre risque de maladie cardiovasculaire ou de diabète de type 2.

Le stigmate lié au surpoids

Sexe et obésité : les femmes principales victimes des préjugés
Cyberpresse, 2010
Les femmes obèses ont moins souvent accès à la pilule, vivent quatre fois plus de grossesses imprévues que les femmes de poids normal et éprouvent aussi plus de difficultés pour rencontrer un partenaire que les hommes obèses, selon une vaste étude française.

Le contrepoids  
Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes, 2003
Sert d’outil pour dénoncer un grand nombre de faussetés véhiculées en regard de l’obsession de la minceur et de l’oppression de la grosseur.

SUIVANT :

La santé pour toutes les tailles : pouvons-nous faire la paix avec l’obésité?