L'incontinence urinaire : Les facteurs de risque

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Les facteurs de risque de l’incontinence urinaire

Même si vous n’avez jamais eu de grossesse, vos organes pelviens (vessie, vagin, utérus) peuvent subir un léger déplacement en vieillissant, surtout si vous êtes constipée ou si vous toussez fréquemment. Ce phénomène peut occasionner des troubles de la vessie, notamment de l’incontinence urinaire.

Facteurs urologiques

  • Vessie hyperactive
  • Descente de la vessie
  • Infection de la vessie
  • Calculs rénaux
  • Tumeur de la vessie

Facteurs non urologiques

  • Constipation
  • Obésité
  • Grossesse et accouchement vaginal
  • Habitudes alimentaires et d’hydratation (telles que consommation excessive de liquides, d’alcool, de breuvages caféinés comme le thé ou le café)
  • Mobilité réduite
  • Polymédication
  • Certains médicaments (diurétiques par exemple)
  • Troubles cognitifs
  • Causes neurologiques (Parkinson, AVC, sclérose en plaques, hernie discale, lésion de la colonne vertébrale)
  • Enflure des jambes
  • Diabète non-contrôlé
  • Taux élevé de calcium dans le sang

Constipation et incontinence urinaire

Les habitudes d’évacuation peuvent contribuer à affaiblir le plancher pelvien, ce qui peut être une cause d’incontinence urinaire. Être actif contribue à régulariser vos selles. La marche renforce la ceinture abdominale et favorise le péristaltisme (mouvement intestinal). Le massage abdominal pourra aider à activer votre intestin s’il présente de la lenteur. Éviter de forcer pour expulser les selles. Une telle pression sur le plancher pelvien peut contribuer à l’affaiblir.

Ménopause et incontinence urinaire

À la ménopause, le taux d’œstrogène chute ce qui peut accroître la probabilité d’incontinence urinaire, puisque les muscles du vagin et du plancher pelvien s’affaiblissent. Il existe des moyens simples de prévenir cette situation, notamment en faisant des exercices de Kegel.

Puisque l’incontinence urinaire est souvent vécue dans l’ombre, il est indispensable d’être rassurée et bien informée sur les solutions existantes. Vivre avec l’incontinence ce n’est pas rester chez soi et cesser toutes ses activités, c’est se donner les moyens de prévenir les fuites et de mener une vie active et agréable.

Suivant : Prévention et traitements

 

Nous avons le plaisir d’héberger cette série de FAQ préparée sous la direction de Cara Tannenbaum, du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

Naviguer le contenu sur l'incontinence urinaire