Compte rendu de livre - I Feel Great About My Hands

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Publication Date: 
mec, 2012-08-15

Compte tenu de la variété des expériences, et du fait que toutes les auteures ne vivent pas de leur plume (ou de leur clavier), la qualité des textes varie, mais cela n’enlève pas grand-chose à la valeur du livre dans son ensemble. Après en avoir terminé la lecture, j’ai tout de même regretté quelque peu le manque de diversité parmi les auteures. À mon sens, le recueil aurait été plus riche si Shari Graydon avait inclus quelques textes par des femmes nées dans des pays où les femmes âgées ne sont pas perçues de la même façon qu’en Amérique du Nord, ainsi que sur des thèmes comme l’interaction entre race, culture et expérience du vieillissement.

Au moment de solliciter des textes pour son recueil, rapporte Shari Graydon, une « fonctionnaire de haut rang » a décliné l’invitation en affirmant « qu’elle aurait aimé apporter sa contribution, mais qu’elle s’était donnée comme mot d’ordre de ne jamais étaler sa bonne fortune en public. » Je salue son humilité, mais je me dis aussi que si on a la chance d’atteindre la cinquantaine ou la soixantaine en relative bonne santé, de connaître une certaine réussite et de survivre aux traumatismes de la vie, on a probablement quelque chose à offrir en retour, quelques leçons de vie à transmettre, comme bon nombre des auteures dans ce recueil. Si on l’a, cette chance, bien entendu.

Anne Rochon Ford est directrice générale du Réseau canadien pour la santé des femmes. Elle vit à Toronto et aime bien ses mains.