La question du genre en Saskatchewan

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Publication Date: 
jeu, 2011-03-31

Des chercheuses et des chercheurs se réunissent pour discuter de santé des femmes

En janvier 2011, le Centre d'excellence pour la santé des femmes - région des Prairies (CESFP) a organisé deux activités visant à souligner l'importance de la recherche effectuée sur la santé des femmes en Saskatchewan et à permettre le partage de ses résultats. Les présentations et les débats ont commencé le soir du jeudi 20 janvier, à l'occasion d'un Café scientifique portant sur les questions rattachées à la santé des femmes et à la condition féminine, qui s'est tenu à la librairie McNally Robinson de Saskatoon. Cet événement a été suivi d'un atelier sur les questions rattachées à la condition féminine, qui a eu lieu le vendredi 21 janvier à l'Université de la Saskatchewan.

Café scientifique

Malgré un temps froid, l'organisatrice Yvonne Hanson (coordonnatrice en éducation à la diversité et chercheuse du CESFP) a pu se réjouir d'une participation nombreuse au Café scientifique organisé sous l'égide des Instituts de recherche en santé du Canada. Comme le mentionnait le Star Phoenix de Saskatoon, il s'agissait d'un événement public offrant aux personnes présentes la possibilité de poser des questions et de débattre des réponses proposées. La soirée a dépassé les attentes des participants, qui ont pu y faire du réseautage, établir des liens et en apprendre davantage à propos de méthodes de recherche particulières.

La première conférencière, Diane Martz, a présenté sa nouvelle étude pilote sur les besoins en matière de services de santé et de soins des femmes et des hommes âgés vivant en milieu rural. La majorité des 80 participants à son étude n'ont qu'un seul fils ou une seule fille vivant à proximité, contrairement aux générations précédentes où plusieurs frères et sœurs pouvaient se partager la responsabilité des soins à donner à leurs parents âgés. Selon Lil Sabiston, présidente sortante du conseil d'administration du CESFP, « il s'agit d'une réalité complètement nouvelle. Parfois, ce sont des amis ou des voisins qui prennent soin des personnes âgées. Mais il peut arriver qu'une vieille femme veuve ne connaisse pas même ses voisins. Cette situation est en train de s'installer parce que les grandes entreprises achètent de plus en plus de terrains. Le voisin le plus près peut vivre à des kilomètres. »

Margaret Haworth-Brockman, deuxième conférencière et directrice générale du CESFP, a proposé une réflexion sur la longue tradition de recherche communautaire dans les collectivités de la Saskatchewan et du Manitoba. Pour le CESFP, il est important de continuer à transmettre de l'information sur les femmes de la Saskatchewan aux organismes fédéraux et nationaux, ainsi que de servir de canal de communication agissant dans les deux sens, particulièrement lorsque de nouvelles politiques sont mises en place.

De nombreux changements ont été instaurés grâce à la recherche sur la santé des femmes en Saskatchewan. Par exemple, lorsque s'est amorcé le processus de régionalisation des services de santé, Diane Martz a reçu du CESFP une subvention de recherche pour l'étude de l'accès aux services de santé mentale dans les régions sociosanitaires qui venaient tout juste d'être créées. Ses travaux lui ont permis de découvrir que nombre de femmes se sentaient pénalisées par les limites territoriales de leur région, car elles sont forcées de parcourir de longues distances pour obtenir des services de santé mentale dans des centres désignés, plutôt que d'y avoir accès dans la ville la plus proche. Cette recherche a mené à une modification de la politique et à une réorganisation de l'accès aux services, ce qui a permis aux femmes d'obtenir les soins dont elles avaient besoin dans des centres situés beaucoup plus près de chez elles.

Atelier sur les questions rattachées à la condition féminine

Le lendemain, des scientifiques établis œuvrant dans un éventail de disciplines aussi variées que la littérature autochtone, la promotion de la santé des populations et la recherche en éthique, des étudiantes et étudiants ainsi que des prestataires de services se sont réunis pour participer à un atelier d'un jour sur la santé des femmes et la condition féminine. Les participants se sont déplacés de Saskatoon et sa périphérie, de Spiritwood et de Regina pour prendre part aux activités qui se sont déroulées à l'Université de la Saskatchewan. La journée a consisté en un mélange de présentations et de périodes de discussion sur les moyens de renforcer la recherche sur la santé des femmes dans la province. Lors des séances en atelier, les participants ont formé de petits groupes pour partager leur expertise et parler de leurs travaux de recherche en cours, après quoi on a discuté des sujets de recherche qui selon eux pourraient être prometteurs dans la cadre de travaux futurs. Trois présentations ont permis de souligner l'intérêt des travaux recourant à des méthodes de recherche innovatrices.

Fichier attachéTaille
Network_13-2.pdf1.05 Mo