Ce que nous lisons

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Ressources recommandées par notre bibliothécaire

Par Barbara Bourrier-LaCroix du Comité consultatif des expert(e)s du RCSF

AVIS DE PARUTION

Actes du colloque Le marché de la beauté…un enjeu de santé publique
           
Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) annonce la parution des actes du colloque Le marché de la beauté…un enjeu de santé publique qui a eu lieu les 23 et 24 novembre 2006.



Dans ce document de 268 pages, vous aurez le loisir de lire un compte rendu complet des quatre panels, des discours, des ateliers et des plénières, enrichi de références et de ressources propres à nourrir vos réflexions et vos actions. Le document inclus de l’information sur les sujets suivants :

et beaucoup plus.

Toute personne ou organisme intéressé à se procurer une copie papier des actes est invité à contacter Le Réseau, à l’adresse suivante :

Site Web : http://www.rqasf.qc.ca/site/colloque/actes_colloque.htm
Téléphone : (514) 877-3189
Courriel : rqasf@rqasf.qc.ca

Fait à noter, des frais de 20 $ par exemplaire sont maintenant facturés (frais d’envoi et de manutention en sus : 10 $ pour un exemplaire).
***

L’impact des programmes sociaux : des femmes à faible revenu racontent
Marika Morris
(Institut canadien de recherches sur les femmes, 2007)

Ce feuillet d’information, divisé en trois volets, a été rédigé à partir de la recherche intitulée Integrating the voices of low-income women into policy discussions on Canada Social Transfer (CST): First Nations women in Vancouver, immigrant and refugee women in Calgary and women with disabilities in Winnipeg. Le premier volet trace un portrait général des mécanismes par lesquels le gouvernement fédéral finance les programmes sociaux des provinces et des territoires, et discute des barrières auxquelles les femmes font face si elles veulent accéder à ces programmes. Le deuxième volet donne la parole aux femmes à faible revenu et à leurs alliés. Enfin, le troisième volet reprend les constats et les principales recommandations de cette recherche.
Disponible en ligne : http://www.criaw-icref.ca/factSheets/Fact%20Sheets%202007/Womens_experiences_of_social_programs_for_people_with_low_incomes_f.pdf





Le mouvement mondial des femmes

Peggy Antrobus
(Éditions Écosociété, 2007)

Avant d’écrire ce livre, l’auteure s’est posée les questions suivantes : Existe-t-il vraiment un mouvement mondial des femmes? Si oui, comment peut-il contribuer, dans le cadre de la lutte mondiale pour la justice sociale, à la recherche de voies de rechange menant à la création d’un monde meilleur? Pour répondre à ces questions, elle explore les origines d’un mouvement qui, lui, est issu de plusieurs mouvements façonnés par des luttes locales et réunis par des occasions et des défis mondiaux. Elle réfléchit également sur la trajectoire du mouvement qui émerge à mesure que les femmes se découvrent des points communs et comprennent mieux le rôle de la discrimination fondée sur le sexe dans les crises systémiques qui ont conduit à la pauvreté, l’exclusion et l’aliénation sociale, à la dégradation de l’environnement et à la prolifération de la violence qui menace le bien-être et la sécurité de la majorité de l’humanité et de la planète même. L’ouvrage affirme l’existence d’un mouvement mondial des femmes, que nous, qui travaillons comme militantes, connaissons bien. Il décrit aussi les objectifs et les stratégies ainsi que la capacité d’apporter de nouveaux points de vue sur les luttes pour la paix et la justice sociale qui se livrent aujourd’hui, partout dans le monde.







La peau et les os, après…
Réalisation : Hélène Bélanger-Martin
(Office national du film, 2006, 116 min., 18 sec.)

L’anorexie se vit presque toujours dans la solitude, et conséquemment presque toujours dans le silence. Dans ce film, Hélène Bélanger-Martin redonne de nouveau la parole à ces voix qui se sont longtemps tues. En 1988, le documentaire La peau et les os, de Johanne Prégent, a été tourné, et Mme Bélanger-Martin y figurait comme participante. Ce documentaire traitait d’une maladie alors méconnue : l’anorexie. On se retrouve maintenant 17 ans plus tard. Mme Bélanger-Martin, devenue depuis réalisatrice et mère de famille, s’inspire de son propre combat contre la maladie. Elle réunit dans une maison de campagne des amies qui ont traversé la même épreuve. Avec franchise, et souvent pour la première fois, Isabelle, Marlène et Annie, qu'Hélène a connues au moment du tournage du film de Mme Prégent, parlent de ce qu'elles ont vécu. Leur retour vers le passé est mis en perspective par le témoignage de Charlotte, 17 ans, qui raconte son enfer quotidien lié à l'anorexie.







Le voyage de Nadia
Réalisation par Carmen Garcia et Nadia Zouaoui
(Office national du film, 2006, 72 min.)

À 19 ans, la Kabyle Nadia Zouaoui a été arrachée de force à son village de Tazmalt et mariée à un compatriote émigré au Québec, deux fois plus âgé qu’elle, qui l’avait choisie à partir d’une photo. Après 18 ans d’absence, elle revient au pays de sa jeunesse pour voir si les choses ont changé. Elle a également comme but de briser le mur du silence afin de comprendre ce qui, dans cette région montagneuse de l'Algérie, freine l’émancipation des femmes. Son parcours est enrichi de témoignages de femmes et d’hommes de tous les âges, interrogés sur leur adhésion à des traditions séculaires extrêmement répressives. Elle révèle l’étendue du malheur d’être femme dans cette culture patriarcale renforcée par la tradition musulmane. Les femmes qu’elle nous présente ont été littéralement exclues du monde, soustraites aux études, mariées à douze ou quinze ans, souvent battues, soumises de force aux dogmes d’une coutume obsédée par la virginité et qui maintient les femmes dans un état de servitude d’un autre âge.

Le voyage de Nadia laisse entrevoir que le changement passe nécessairement par l’éducation et par l’impact des médias étrangers qui apportent aux femmes d’autres images de la vie en société. Bien que les traditions défient encore la modernité, des changements positifs émergent. De plus en plus de jeunes femmes kabyles osent revendiquer un plus grand équilibre et plus de justice entre les sexes.









Féminisation de la profession médicale et transformation de la pratique au Québec
André-Pierre Contandriopoulos et Marc-André Fournier
(Groupe de recherche interdisciplinaire en santé, 2007)

Grâce à une étude réalisée par le Groupe de recherche interdisciplinaire en santé de l’Université de Montréal, commandée par l’Association médicale du Québec, nous savons maintenant que la féminisation de la médecine a entraîné de nombreux impacts positifs pour l’ensemble de la profession médicale. Cette recherche sur l’impact de la féminisation de la profession médicale, sur les modes de pratique et sur le choix des spécialités permet de défaire certains mythes entourant la présence des femmes médecins dans la profession. Selon les résultats de l’étude, signalons que les femmes omnipraticiennes voient en cabinet environ 15 % moins de patients par heure que leurs confrères masculins, ce qui signifie qu’elles passent un peu plus de temps avec chaque patient. De façon générale, nous apprenons que les femmes communiquent mieux et établissent de meilleures relations avec leurs patients que les hommes, ce qui se traduit par une plus grande satisfaction des patients et par une amélioration de l’efficacité des interventions préventives et curatives. Aussi à noter, les femmes ont, en général, plus d’aptitudes pour assurer un leadership dans la mise en place et le fonctionnement d’équipes multidisciplinaires. La féminisation pourrait donc faciliter l'implantation de réseaux intégrés de soins ainsi que la réorganisation du système de santé, tout en contribuant à l’amélioration de l’accès aux services et de la qualité de ceux-ci. Elles ont, en outre, une approche plus holistique et orientée vers la prévention.
Disponible en ligne : http://www.amq.ca/fra/PDF/feminisation_final.pdf








Le mystère Alzheimer : l’accompagnement, une voie de compassion
Marie Gendron
(Les Éditions de l’Homme, 2008)

La maladie d’Alzheimer est un trouble évolutif du cerveau, qui porte gravement atteinte à la faculté de penser et à la mémoire. Les femmes sont davantage touchées par la maladie que les hommes. Notamment, elles représentent plus du 2/3 des personnes de 65 ans et plus atteintes de la maladie. Par ailleurs, la plupart des aidants sont des femmes.
À long terme, cette maladie comporte des conséquences sur l'ensemble des aspects de la vie de la personne atteinte, c'est-à-dire sur sa façon de penser et sur ses agissements. Un diagnostic d’Alzheimer suscite une multitude de questions, tant pour les patients que pour leurs proches. Dans ce livre, l’auteure répond à ces questions, tout en offrant des suggestions pour accompagner la personne atteinte, dans le respect de sa dignité.








Travail du sexe : 14 réponses à vos questions
Maria Nengeh Mensah
(Stella et le Service aux collectivités de l’UQAM, 2007)

Les travailleuses du sexe font l’objet de nombreux préjugés et stéréotypes, une situation qui influence fortement leurs conditions de vie, de travail et de santé. Cette brochure s’adresse aux professionnels des services sociaux et de santé, aux policiers, aux intervenants communautaires, judiciaires et gouvernementaux, et aux médias. Elle vise à faire la lumière sur un certain nombre d’idées préconçues concernant le travail du sexe, et propose quelques pistes afin d’améliorer les services et offrir à ces femmes des accompagnements respectueux et empathiques.
Disponible en ligne à http://www.chezstella.org/stella/?q=14reponses








Mythe : la publicité s'adressant directement au consommateur permet d'informer le patient
(Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé, 2007)

Que ce soit en regardant la télévision ou en feuilletant une revue, nous sommes constamment sollicités par des publicités qui cherchent à nous vendre des produits pharmaceutiques. Les sociétés pharmaceutiques et leurs alliés font souvent valoir l’intérêt éducatif d’une telle publicité. Ils soutiennent qu’elle peut sensibiliser le public à l’efficacité des nouveaux traitements et améliorer la santé globale des Canadiens en les aidant à reconnaître les symptômes précoces et en les informant des options de traitement possibles.

À bas les mythes est une série qui résume les résultats de recherche et présente des données qui vont à l'encontre de la croyance populaire en matière de services de santé au Canada. Cet article examine la valeur éducative réelle de la publicité directe de médicaments d’ordonnance. Les auteurs constatent que loin d’informer le public, ces pubs servent surtout à mousser la vente des médicaments et augmenter les profits qui en découlent.
Disponible en ligne à http://www.chsrf.ca/mythbusters/pdf/myth27_f.pdf









Authentik – Le magazine des filles vraies

Authentik  est un magazine québécois féministe pour adolescentes, conçu par des jeunes filles de la maison des jeunes Bordeaux-Cartierville, à Montréal, dans le cadre d´un projet de sensibilisation à l’hypersexualisation. Cette revue propose un contenu varié et sérieux, touchant au passage des sujets comme le vrai sens de la beauté ou donnant même des trucs pour démasquer les manipulateurs.
Disponible en ligne à http://www.magauthentik.com/