Ce que nous lisons : ressources recommandées par notre bibliothécaire

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Toxicomanie féminine : Du traumatisme sexuel à l’amour de transfert
Olivier Thomas (Éditions Érès, 2006)

Dans le monde de la médecine et de la psychologie, la toxicomanie est abordée sous un angle unisexe, voir hors-sexe. Ces disciplines proposent une définition de la toxicomanie et ne font aucune distinction entre les hommes et les femmes. Par ailleurs, la toxicomanie féminine est une réalité, bien que les femmes soient moins nombreuses à consulter que les hommes. Leurs comportements en état d’intoxication ne sont ni identiques ni symétriques à ceux des hommes, et leurs problèmes ne sont pas les mêmes. Elles vivent des traumatismes et subissent de la violence, comme la violence conjugale, la prostitution, les grossesses non désirées et parfois répétées, les abus sexuels, et plus. L’auteur réintroduit la différence sexuelle dans le discours sur la toxicomanie féminine en examinant de près le lien entre ces traumatismes et la prise de drogue, dans le but d’élaborer une pratique à l’intention des psychologues cliniciens œuvrant auprès de jeunes femmes toxicomanes.

 

Femmes et dépendances : Une maladie du siècle
William Lowenstein et Dominique Rouch (Éditions Calmann-Lévy, 2007)

La société juge généralement plus sévèrement l’addiction lorsqu’elle est féminine. La dépendance masculine étant plus reconnue, les messages de prévention destinés à la gent féminine en matière d’alcool ou de tabac se font attendre, tout comme les programmes spécifiques d’accueil ou de soins. Les femmes toxicomanes paient un prix de plus en plus élevé, si on en juge par les conséquences de l’anorexie, la consommation de tabac, de cannabis et d’alcool, et les effets des abus de médicaments, tranquillisants et somnifères sur leur santé. Dans cet ouvrage, les auteurs insistent sur l’importance de tenir compte des différences fondamentales entre les femmes et les hommes en matière de dépendance, notamment quant à la façon dont elle s’installe, au parcours et aux soins à dispenser.

 

Fières d’être putes
Maîtresse Nikita et Thierry Schaffauser (Éditions L’altiplano, 2007)

Ce livre se veut un ouvrage de revendication des travailleuses et travailleurs du sexe pour la légitimité, et donc la légitimation de leur métier. Les auteurs soutiennent que ni le prohibitionnisme ni l’abolitionnisme ne sont des réponses au proxénétisme ou à la traite des êtres humains. Bien au contraire, l’un et l’autre placent de plus en plus les prostituées dans la clandestinité, favorisant ainsi l’apparition de réseaux de proxénètes mafieux. Ils témoignent que le seul et unique moyen de lutter efficacement contre les réseaux d’exploitation de prostitué(e)s est de permettre à ces dernières et ces derniers de sortir de la clandestinité en reconnaissant leur activité comme un métier à part entière, avec ses spécificités, et de leur permettre de l’exercer dans de bonnes conditions. Bien que ce livre traite plutôt de la situation en France et en Europe, il intéressera les groupes féministes du monde entier.

 

Enfants à protéger, parents à aider : Des univers à rapprocher
Sous la direction de Claire Chamberland, Sophie Léveillé et Nico Trocmé (Presses de l’Université du Québec, 2007)

En mai 2005 se tenait à Montréal le 6e Symposium du Centre d’excellence pour la protection et le bien-être des enfants, rassemblant travailleur(euse)s spécialisé(e)s dans les problématiques reliées au monde de l’enfance ou des adultes. Les textes qui figurent dans cet ouvrage proviennent des participantes et participants et examinent les enjeux qui surmontent les cas d’enfants suivis par les systèmes de protection de la jeunesse. Le profil des familles dans lesquelles évoluent ces enfants revêt des dysfonctionnements pluriels et complexes. Les parents sont nombreux à vivre de la violence conjugale, des troubles de santé mentale, de la toxicomanie ou de la déficience intellectuelle. Comment aider ces enfants et aider la famille entière? Est-ce possible? Quelles sont les interventions les plus prometteuses et efficaces? Les discussions et les réponses possibles se trouvent parmi ces réflexions.

 

Lutte contre la pauvreté, territorialité et développement social intégré : Le cas de Trois-Rivières
Pierre-Joseph Ulysse et Frédéric Lesemann (Presses de l’Université du Québec, 2007)

Fondé sur une étude de cas réalisée à Trois-Rivières, cet ouvrage examine les dynamiques globales ayant favorisé la revitalisation de cette ville après une chute vertigineuse des emplois manufacturiers et bien rémunérés. Les auteurs présentent la lutte contre la pauvreté et l’exclusion comme un processus dynamique et complexe. Ils discutent des pratiques d’intervention de lutte contre la pauvreté, l’exclusion et le chômage, ainsi que de la manière dont ces pratiques ont contribué à changer, à transformer et à améliorer les conditions de vie des individus.

 

Les troubles liés aux événements traumatiques : Dépistage, évaluation et traitements
Sous la direction de Stéphane Guay et André Marchand
(Les Presses de l’Université de Montréal, 2006)

Les événements traumatiques provoquent des troubles psychiques qui peuvent engendrer des répercussions à long terme sur la santé mentale, tel que le stress, l’angoisse, la toxicomanie, la dépression et les problèmes de sommeil. Cet ouvrage, s’adressant aux étudiant(e)s, chercheur(euse)s, professeur(e)s et intervenant(e)s œuvrant dans le domaine de la santé mentale, fait état de la recherche sur l’épidémiologie des troubles mentaux, présente une synthèse des facteurs explicatifs du stress post-traumatique et expose les modèles psychologiques et biologiques sous-jacents. Les auteurs proposent différentes méthodes de dépistage, d’évaluation et de traitement permettant aux spécialistes d’intervenir efficacement auprès des victimes.

 

Obésités : Le poids des mots, les maux du poids
Catherine Grangeard (Éditions Calmann-Lévy, 2007)

Nous vivons dans une société d’opulence où nous sommes constamment incités à la consommation, avec ses effets nocifs, comme le surpoids et l’obésité, tout en subissant le règne de la minceur. L’auteure ne nie pas l’importance de la problématique de l’obésité, qui, en 1998, recevait de l’Organisation mondiale de la santé l’épithète « d’épidémie mondiale » et était classée cinquième au palmarès des problèmes de santé des pays industrialisés. Elle pose donc certaines questions qui suscitent des discussions. Comment devient-on obèse? Quand surpoids devient-il obésité? Si les régimes en vogue ne sont pas efficaces, pourquoi dépense-t-on tant d’argent pour les suivre? Présentant les témoignages des personnes obèses, l’auteure discute des mesures et des interventions les plus adaptées visant à éliminer ce problème et à venir en aide aux personnes obèses.

 

King Kong théorie
Virginie Despentes (Éditions Bernard Grasset, 2006)

Dans cet ouvrage fortement autobiographique, l’auteure donne sa vision plutôt combative du féminisme. Elle analyse la place de la femme dans la société, sa difficulté à s’émanciper et les rôles attribués aux hommes et aux femmes, sous l’angle de son propre vécu, plus précisément celui d’une punkette violée à l’âge de 17 ans par trois banlieusards qui la prennent en stop, celui d’une prostituée occasionnelle de 19 ans qui choisit ses clients sur minitel, et enfin celui de l’écrivaine qu’elle est devenue. L’ouvrage contient également des réflexions inspirées par la lecture de grandes féministes américaines, d’Angela Davis à Joan Rivière, en passant par Gail Pheterson et Judith Butler. L’auteure explique son parcours qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui, tout en déconstruisant les idées moralisatrices concernant le viol, la prostitution ou la pornographie. Un livre qui choquera sans doute plusieurs femmes, mais qui assurément apporte du renouveau dans la pensée féministe.

 

Ces maux qui dérangent : Vivre et côtoyer la dépression, la maniaco-dépression et les troubles de santé mentale
Richard Langlois (Éditions le Dauphin Blanc, 2007)

Les troubles de santé mentale sont omniprésents, mais ils sont encore considérés comme un secret honteux. Bien qu’aujourd’hui nous osions en parler davantage, le sujet n’en demeure pas moins fondamentalement tabou. Lui-même atteint de maniaco-dépression, l’auteur discute des difficultés auxquelles sont confrontées les personnes atteintes et leur entourage : recevoir le diagnostic, apprivoiser la maladie, s’interroger sur la cause, comprendre et accepter la situation, reprendre la vie quotidienne, vivre de nouveaux défis avec de nouvelles limites. Mieux informés, chacun pourra agir positivement et nourrir l’espoir.