Note de la rédaction  en chef :

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis le dernier numéro. Le rapport longtemps attendu sur la santé mentale, la maladie mentale et la toxicomanie au Canada, publié en mai par le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie, lequel est présidé par le sénateur Kirby, est l'un des événements qui a particulièrement attiré notre attention. De l'ombre à la lumière a révélé l'existence de failles importantes dans le domaine des soins de santé mentale au Canada et a recommandé des solutions possibles. Toutefois, l'absence dans le rapport de toute référence aux différences entre les hommes et les femmes, et entre les garçons et les filles sur le plan de la santé mentale, la maladie mentale et la toxicomanie, nous a déçues. Vues l'abondance et la diversité des recherches sexospécifiques en santé mentale qui sont en cours présentement au pays (pour un échantillon, voir Women, Mental Health, Mental Illness and Addictions in Canada: An Overvie, au www.cwhn.ca/PDF/womenMentalHealth.pdf), cette omission indique une certaine rigidité.

Au moment d'aller sous presse, Santé Canada mène des consultations en ligne pour recueillir les opinions des Canadiennes et Canadiens concernant le projet de commission sur la santé mentale. Cette démarche vise à mieux informer et guider le gouvernement du Canada dans ses efforts pour s'attaquer aux problèmes de santé mentale et de maladie mentale au pays. Espérons que les consultations marqueront le début d'un effort plus musclé et ciblé qui aura pour but de donner la parole aux groupes historiquement marginalisés, notamment les femmes et les filles.

Mais si l'ambivalence fédérale quant au renouvellement du financement d' Insite, un centre novateur de Vancouver œuvrant à la réduction des méfaits, les importantes compressions budgétaires imposées à Condition féminine Canada et les nombreuses fermetures annoncées l'automne dernier révèlent une tendance, l'avenir s'annonce difficile. Dans ce numéro, Marie Claire MacPhee et Kathleen O'Grady analysent respectivement ces deux événements et leurs répercussions sur les Canadiennes.

Ce dont nous avons davantage besoin, ce sont des victoires, comme celle qu'a réalisée le groupe Action pour la protection de la santé des femmes (APSF) lorsqu'il a obtenu le statut d'intervenant en tant que membre d'une coalition, dans la cause de contestation fondée sur la Charte et présentée par CanWest Mediaworks au sujet de la publicité directe aux consommateurs. Également importantes sont les analyses pionnières réalisées par le groupe de travail Les Femmes et la réforme de la santé sur les différences de genre et les temps d'attente, ainsi que les initiative communautaires, comme le projet de photoexpression pour femmes à faible revenu, parrainé par le Centre d'excellence pour la santé des femmes – région des Prairies (CESFP). Vous pourrez prendre connaissance de ces réussites dans les pages qui suivent.

Pour terminer, je veux présenter mes sincères excuses à ceux et celles d'entre vous qui avez attendu anxieusement une nouvelle parution de notre revue, laquelle a subi quelque retard. S'il y a une chose que nous, au Réseau, savons bien, c'est qu'il ne faut jamais prendre la santé pour acquise. Des événements inattendus quant à ma propre santé ont beaucoup ralenti la production de ce numéro, d'abord prévu pour l'automne dernier. La bonne nouvelle, c'est que vous pourrez recevoir un autre numéro peu de temps après la parution de celui-ci, dont les pages regorgeront d'autres actualités et analyses portant sur la santé des Canadiennes, avec Kathleen O'Grady de retour à la barre.

Je vous remercie toutes et tous – le personnel du RCSF, le conseil d'administration, les membres, les collaborateur(trice)s et le lectorat – pour l'appui que vous m'avez manifesté durant mon mandat. Comme toujours, j'apprécie grandement vos commentaires et c'est avec enthousiasme que j'envisage de futures collaborations avec vous dans le cadre d'autres projets.

Avec mes salutations les plus chaleureuses.

Mes sincères salutations,
Laila Malik
Directrice des communications
news@cwhn.ca