Note de la rédaction :

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


En ces temps où les changements se succèdent à un rythme effréné et où cohabitent une foule de messages contradictoires sur la santé des femmes, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Dans ce numéro de la revue Le Réseau, nous examinons de plus près quelques tendances qui se précisent de plus en plus clairement dans notre paysage médiatique. Dans un contexte où l’état de notre système de santé suscite des interrogations grandissantes, Abby Lippman et Amélie Quesnel-Vallée proposent une réflexion sur les implications plus générales, pour les femmes, de la décision rendue l’an dernier par la Cour suprême permettant aux Québécois de se procurer une assurance médicale privée, et sur les réponses apportées jusqu’ici par la province. Comme le révèle un rapport publié récemment sur les femmes et le travail auxiliaire, la privatisation a déjà eu des effets désastreux sur les travailleurs qui offrent des soins de santé indirects, dont la majorité sont des femmes. Entre-temps, le nombre de prescriptions de médicaments antidépresseurs ISRS – dont les deux tiers sont consommés par des femmes – connaît une forte augmentation, et deux nouveaux médicaments sont sur le point de faire des menstruations une chose du passé. Selon une étude commandée par Action pour la protection de la santé des femmes (APSF), certains de ces nouveaux développements pourraient être attribuables à un accroissement du financement octroyé en coulisses par l’industrie pharmaceutique aux groupes de défense des consommateurs et de protection de la santé.

Le Réseau canadien pour la santé des femmes (RCSF) a lancé une campagne de publicité pour aider les femmes à y voir plus clair dans toute cette information. Vous trouverez dans ce numéro notre premier feuillet d’information de la campagne Évitez d’avaler tout ce que vous entendez à propos de la santé des femmes. Des affiches téléchargeables sont maintenant disponibles sur notre site Web, à www.cwhn.ca. Vous pouvez aussi commander des copies papier de plus grande dimension auprès du RCSF. Le Comité coordonnateur des femmes et la réforme en santé (CCFRS) a également publié son document « Lire et interpréter les données probantes sur la santé et les soins de santé – Guide à l’intention des femmes », que vous pouvez lire sur le site Web du CCFRS, à www.cewh-cesf.ca/reformesante. Au milieu de tout ce tapage, il importe de bien s’informer pour pouvoir se faire une opinion éclairée.

Heureusement, il n’y a pas que de mauvaises nouvelles. Grâce aux efforts soutenus d’une équipe internationale de spécialistes en santé mentale, le International Women’s Mental Health Consensus Statement a été approuvée par l’Association mondiale de psychiatrie, ce qui ouvre la porte à l’adoption d’approches plus intégrées dans la compréhension et la promotion de la santé mentale des femmes un peu partout dans le monde. De plus, 2006 marque la cinquième année depuis que l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH), qui fait partie des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), a entrepris sa mission consistant à effectuer d’importantes recherches sur la santé des femmes. Voilà donc un petit échantillon de ce que nous vous réservons dans ce numéro. Comme d’habitude, vous trouverez dans nos pages toutes sortes d’articles sur les recherches effectuées, les actions entreprises et les débats courants. Faites-nous parvenir vos réflexions – vous pouvez prendre part à l’un de nos groupes de discussion électroniques, soumettre des articles, nous envoyer un message ou nous téléphoner en composant notre numéro sans frais (1 888 818-9172). Vos commentaires nous intéressent !

Mes sincères salutations,
Laila Malik
Directrice des communications
news@cwhn.ca