CE QUE NOUS LISONS

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


Par Barbara Bourrier-LaCroix, coordonnatrice du centre d’information

 

Femmes autochtones des Amériques
(Droits et Démocratie, Réseau continental des femmes autochtones Enlace et Femmes autochtones du Québec, 2004)

Les femmes autochtones doivent faire face à de nombreux défis en matière de droits de la personne. Elles ont souffert de la double marginalisation d'être femmes et autochtones, une condition à l'origine d'un cycle destructeur de pauvreté, de négligence, de violence et d'oppression. « Femmes autochtones des Amériques » est un document d'information interactif qui encourage les femmes autochtones à partager leurs histoires et leurs combats, et qui présente diverses options juridiques internationales auxquelles elles peuvent avoir recours concernant les violations de leurs droits.

Ce document est disponible en ligne à www.dd-rd.ca/francais/commdoc/publications/autochtones/fichesFemmes/menu.html.


Affaires de danse; Affaires de santé; Affaires de lois; Affaires d’argent; Affaires de sécurité
(Groupe de défense du travail du sexe et projet de recherche, 2004)

Des chercheurs de l’Ontario et du Québec ont mené une étude sur les effets des politiques publiques canadiennes (dans les domaines de la santé, des services sociaux, de l'emploi, du maintien de l'ordre, de la réglementation municipale et de la législation fédérale) sur la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs du sexe, qui incluent les escortes, les masseurs et masseuses, les danseurs et danseuses, les dominatrices et les personnes qui travaillent dans la rue. Cette étude s’est déroulée de concert avec des partenaires communautaires tels que l'organisme Region of Peel Health et les groupes de défense des droits des travailleuses et des travailleurs du sexe Exotic Dancers' Alliance of Canada (EDAC), Maggie's et Stella. Les résultats de la recherche ont servi à élaborer cinq dépliants d'information pour les travailleuses et travailleurs du sexe, soit Affaires de danse, Affaires de santé, Affaires de lois, Affaires d’argent et Affaires de sécurité. Ces dépliants portent sur des sujets liés au droit, à la sécurité, à l'argent et à la santé.

Ces dépliants sont également disponibles en ligne à http://web2.uwindsor.ca/courses/sociology/maticka/star/brochures.html.


Des pas sur l’ombre : témoignages d’intervenantes en maisons d’hébergement
Diane Trépanière
(Les Éditions du remue-ménage, 2004)

Les femmes qui travaillent comme intervenantes en maisons d’hébergement ont un boulot exigeant. Ce travail se réalise dans des conditions difficiles et reste méconnu. Qui sont ces femmes? Quel parcours, quelles convictions ont amené ces femmes à s’y engager? D’un bout à l’autre du Québec, l’auteure a fait la tournée des maisons d’hébergement pour les femmes et les enfants victimes de violence conjugale ou en difficulté, afin d’y rencontrer les intervenantes et recueillir leurs témoignages sur leur expérience de travail. Elle nous présente les voix de plus de 300 intervenantes de 58 maisons d’hébergement, des voix qui partagent leur vision de l’engagement, leurs rêves et leurs peines, leurs appréhensions et leurs joies, l’immense satisfaction qu’elles retirent de leur travail et les douloureuses limites auxquelles elles sont confrontées.


Les femmes, la violence et le traitement des traumatismes : guide d’information
Lori Haskell (Centre de toxicomanie et de santé mentale, 2003)

Le fait de décider de suivre une thérapie pour composer avec un traumatisme ou une série d’événements traumatisants, expériences prolongées ou répétées de violence, constitue un énorme pas pour bien des femmes. Il s’agit là d’un engagement qui peut demander beaucoup de temps, d’argent et d’énergie sur le plan émotif. Ce guide s’adresse aux femmes qui suivent une thérapie ou qui cherchent un thérapeute. Il fournit de l’information sur le processus thérapeutique et les résultats qu’elles peuvent attendre d’un traitement des traumatismes. En sachant quoi attendre de la thérapie et en choisissant la thérapie et le thérapeute qui leur convient, ces femmes se sentiront plus à l’aise dans leur quête d’aide et dans la prise en main de leur processus de guérison.


Les jeunes au Canada : leur santé et leur bien-être
William F. Boyce

(Santé Canada, 2004)

L’état de la santé des jeunes du Canada ainsi que leur bien-être a des répercussions importantes sur l’avenir du pays. Au cours des dernières années, la recherche et les enquêtes ont révélé de plus en plus et de façon constante que les expériences que nous vivons tôt dans notre vie, particulièrement aux stades de développement importants, comme la première année de vie et l’adolescence, influent sur notre santé et notre bien-être plus tard dans nos vies. Nous commençons aussi à comprendre le large éventail de facteurs qui ont un effet sur les attitudes et les comportements des jeunes en ce qui concerne la santé et le mode de vie. Les coûts pour les individus, et plus généralement pour la société dans son ensemble, peuvent être importants lorsque les jeunes n’arrivent pas à atteindre leur développement optimal, et ne deviennent donc pas des adultes sains, résistants, engagés et responsables socialement. Cette étude examine les caractéristiques des déterminants de la santé des élèves de trois groupes d'âges (11, 13 et 15 ans) ainsi que certaines tendances concernant leurs comportements liés à la santé. Dans une perspective de santé de la population, les principaux déterminants de la santé physique et émotionnelle des jeunes qui ressortent clairement de cette enquête sont liés au sexe, au degré d’aisance de la famille sur le plan financier, à la vie à l’école ainsi qu’à l’influence des camarades sur les risques qu’ils prennent.

Ce document est disponible également en ligne à www.phac-aspc.gc.ca/dca-dea/publications/hbsc-2004/hbsc_summary_f.html.


Notre soupe aux cailloux : une œuvre collective pour la santé des femmes au mitan de la vie
Isabelle Mimeault (Réseau québécois d’action pour la santé des femmes, 2004)

Avec l’arrivée des baby-boomeuses à l’âge de la ménopause, les groupes de femmes reçoivent de plus en plus de demandes d’information sur cette étape de la vie et sur les moyens à mettre en place pour la vivre positivement. Les femmes de cette génération sont aux prises avec une surabondance d’informations au point de ne plus savoir à quoi ni à qui accorder leur confiance. Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes a réalisé la nécessité de concevoir une formation sur la ménopause qui offre une mise à jour des connaissances pratiques acquises sur le terrain et des connaissances théoriques. Il présente cette trousse de formation destinée aux animatrices d’activités sur la ménopause. Cette trousse propose un éventail de textes d’information et de réflexion de même que divers outils d’animation. Les intervenantes peuvent s’inspirer de ces documents pour bâtir sur mesure leurs activités sur la ménopause en tenant compte de la mission de leur organisme, du profil et des besoins des femmes ainsi que du contexte de l’intervention.


Rapport de surveillance de la santé des femmes : chapitres supplémentaires
(Institut canadien d'information sur la santé, 2004)

Ce rapport, qui se veut un supplément du Rapport de surveillance de la santé des femmes publié en 2003, présente certaines des dernières recherches sur la santé des femmes au Canada réalisées par des experts aux quatre coins du pays. Le supplément contient des analyses qui tiennent compte des différences entre les sexes et des suggestions sur l'élaboration de politiques et de programmes basés sur les données secondaires sur la santé disponibles. Ces nouveaux chapitres se penchent sur trois questions : l'origine ethnique et l'immigration, l'utilisation des soins de santé et la relation entre le revenu et la santé. Tout comme dans le rapport original, les nouveaux chapitres soulignent les différences entre les sexes et soulèvent les écarts dans la distribution des déterminants de la santé, des comportements de santé, des résultats de santé, de l'utilisation des soins de santé, ainsi que des sous-groupes vulnérables de femmes. Ce document est disponible uniquement en ligne à http://secure.cihi.ca/cihiweb/dispPage.jsp?cw_page=PG_336_F&cw_topic=336&cw_rel=AR_342_F.


Est-ce sans danger pour mon bébé? Risques et recommandations concernant l’usage de médicaments, d’alcool, de tabac et d’autres drogues pendant la grossesse et l’allaitement
(Centre de toxicomanie et de santé mentale, 2003)

Ce livret s’adresse aux femmes qui veulent devenir enceintes, qui le sont déjà ou qui allaitent. Il fournit des renseignements sur les risques relatifs des médicaments sur ordonnance, des médicaments en vente libre, des drogues illégales ou illicites, de l’alcool, du tabac et d’autres substances pour le fœtus pendant la grossesse et pendant l’allaitement. Ce livret contient également des recommandations qu’il serait bon d’aborder avec un(e) professionnel(le) de la santé.


La présence de médicaments dans l’eau : y a-t-il danger pour la santé publique?

Action pour la protection de la santé des femmes vient de publier une fiche d’information qui fait le point sur un nouvel enjeu en matière de santé et d’écologie : la présence de médicaments dans l’eau. Selon des analyses effectuées en Amérique du Nord, on retrouve dans l’eau des traces d’antibiotiques, d’analgésiques, d’anti-inflammatoires, d’hormones, de tranquillisants, d’hypocholestérolémiants, d’anti-épileptiques et de médicaments contre le cancer. On y a également décelé des traces de phthalates, des produits chimiques que l’on retrouve communément dans les cosmétiques, les parfums et les produits capillaires. Les scientifiques et les décisionnaires s’inquiètent de plus en plus des répercussions néfastes que ces agents toxiques pourraient avoir sur la santé et l’environnement.

Nous sommes quotidiennement exposés aux effets toxiques des produits pharmaceutiques et produits de soins personnels (PPSP). Et la consommation sans cesse grandissante de médicaments risque fort, au fil des ans, d’aggraver la situation.

Les femmes sont, pour diverses raison, plus particulièrement vulnérables aux PPSP. Voici quelques exemples de cette réalité : le risque de retarder le développement fœtal que présente l’exposition à une quantité infime d’un produit chimique pendant la grossesse; le fait que les femmes sont généralement responsables de l’achat et de l’élimination des médicaments et des produits domestiques; le fait que de nombreux médicaments sont davantage prescrits aux femmes qu’aux hommes; et finalement, le fait qu’elles présentent plus souvent que les hommes des réactions indésirables aux médicaments.

La fiche d’information propose aussi des gestes que peuvent poser les particuliers, les gouvernements et les entreprises pour éliminer cette menace à la santé et à l’environnement. Action pour la protection de la santé des femmes estime que le gouvernement devrait adopter le concept de la « pharmacie verte ». Cette stratégie de prévention met l’accent sur l’utilisation réduite des médicaments et des PPSP.

Réduire l’utilisation des médicaments et des cosmétiques, éliminer ces produits de façon sécuritaire et exercer des pressions sur les gouvernements et les sociétés pharmaceutiques. Voilà ce que nous pouvons faire individuellement pour renverser la vapeur.

Pour de plus amples renseignements sur les PPSP, lire l’article La boucle bouclée : les médicaments, l’environnement et notre santé, de Sharon Batt, sur le site Web d’Action pour la protection de la santé des femmes ( www.whp-apsf.ca/fr)


Une réflexion sur la profession de sage-femme

En juillet 2004, les Centres d’excellence pour la santé des femmes de la région de l’Atlantique et de la région des Prairies ont tenu une rencontre intitulée Tracer la voie : Forum national de réflexion sur l’état de la réglementation de la profession de sage-femme au Canada, à l’Université Dalhousie. Vous pouvez accéder au programme complet de la conférence, qui contient les résumés des présentations livrées, en consultant le site Web du Centre d’excellence pour la santé des femmes – région de l’Atlantique, à l’adresse : www.acewh.dal.ca/ .

Le Centre d’excellence pour la santé des femmes – région des Prairies a préparé un compte rendu de la conférence et l’affichera sur son site Web, à l’adresse : www.pwhce.ca/