Le système de santé canadien ne répond pas aux attentes des femmes vivant dans les régions rurales et éloignées

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

La plus grande étude canadienne sur la santé des femmes en milieu rural révèle que les solutions urbaines ne résolvent pas les problèmes ruraux

Un rapport des Centres d'excellence pour la santé des femmes

Les Centres d'excellence pour la santé des femmes ont publié récemment le rapport final d'un projet de recherche de deux ans sur la santé des femmes vivant dans les régions rurales, éloignés et nordiques. La santé des femmes en milieux rural, éloigné et nordique : Orientations en matière de politiques et de recherches est la plus grande étude qualitative jamais menée au Canada dans l'objectif de répondre aux préoccupations de cet important groupe en matière de santé.

L'étude souligne la riche diversité des régions rurales du Canada; malgré les différences significatives qu'elles mettent en lumière sur le plan social, culturel et géographique, les chercheuses ont relevé des priorités et des problèmes communs en matière de santé.

Écart important entre les femmes habitant les régions rurales et celles qui habitent les régions urbaines sur le plan sanitaire
Les auteures de l'étude estiment que de manière générale, l'accès à l'information et aux services de santé est restreint pour les femmes en milieu rural. Les participantes ont souligné que les systèmes d'accès à l'information sur la santé sont mal coordonnés et ne font pas l'objet d'une promotion adéquate, tandis que les services de santé sont souvent rares, irréguliers ou limités.

Les femmes vivant en milieu rural mentionnent les coûts financiers, émotifs et sociaux associés au besoin fréquent de parcourir de longues distances pour bénéficier de services de santé essentiels. L'essence ou les billets d'avion coûtent cher, tout comme les chambres d'hôtel, le stationnement, la nourriture, les services de garderie et le manque à gagner. Les déplacements augmentent le stress que provoque le fait de s'éloigner de sa famille, en particulier lorsqu'il s'agit d'un problème de santé. Même les frais les plus élémentaires ne sont parfois pas remboursés, dépendant de l'autorité fédérale, provinciale ou territoriale compétente.

« Dans une large mesure, ces différents coûts et inconvénients sont pris en charge par les femmes, étant donné que ce sont souvent elles qui sont responsables de la planification des activités, de la gestion du foyer et de l'environnement affectif au sein de la famille », déclare Rebecca Sutherns, une des co-auteures de l'étude.

L'étude souligne également que les régions rurales souffrent d'une pénurie de professionnelles de la santé, de praticiens de médecine complémentaire et de personnel soignant sensibilisé aux problèmes interculturels. De nombreuses femmes vivant en milieu rural avouent ne pas chercher à recevoir des soins à moins d'être gravement malades. Par conséquent, il est rare qu'elles prennent rendez-vous dans un objectif de prévention. Comme le fait remarquer l'une des participantes, « celles qui ont besoin de services passent entre les mailles du filet. Elles doivent prendre leur mal en patience et attendre lorsqu'elles ont des besoins-santé urgents. »

Améliorer la santé des femmes en milieu rural passe aussi par une réduction de la pauvreté
Interrogées sur les facteurs ayant à leurs yeux les plus grandes répercussions sur leur santé, les participantes citent la pauvreté et l'insécurité financière associées au chômage, aux faibles salaires et aux travaux saisonniers. Comme le déclare Marilou McPhedran, autre co-auteure de l'étude, « les femmes et leurs familles ne peuvent pas rester en bonne santé si leur sécurité financière n'est pas assurée. »

Vivre en bonne santé ne se limite pas à la seule possibilité d'accéder aux fournisseurs de soins de santé, loin de là. Les femmes vivant en milieu rural souffrent de façon disproportionnée de pauvreté et de violence familiale; certains groupes, comme les femmes aborigènes et les femmes âgées, sont particulièrement défavorisés.

Les chercheuses soulignent que les politiques sociales adoptées hors du cadre des soins de santé, notamment celles qui touchent le financement, le travail, les services sociaux et les transports, ont parfois autant d'influence sur l'état de santé que la prestation des services. « Il est temps que les politiques sanitaires reflètent les recherches menées en santé et que nous reconnaissions que les investissements économiques et sociaux constituent des investissements dans la santé », avance madame McPhedran.

Femmes invisibles : les femmes des régions rurales négligées par les décideurs canadiens
Margaret Haworth-Brockman, principale auteure de l'étude et secrétaire générale du Centre d'excellence pour la santé des femmes – région des Prairies, déclare que « les réformes de la santé adoptées récemment dans les provinces et territoires pourraient avoir désavantagé de manière disproportionnée les femmes des régions rurales et éloignées. »

Selon la chercheure, les décideurs, qui travaillent en ville, tiennent rarement compte du point de vue et des préoccupations des femmes qui vivant en milieu rural. « Ce sont les “femmes invisibles” de la politique de santé, ajoute-t-elle, celles dont les voix et les inquiétudes sont rarement entendues. »

Les responsables du projet ont pris soin de ne pas commettre la même erreur. Elles ont donné aux femmes interrogées l'occasion d'exprimer leurs grandes préoccupations et de proposer des solutions pour résoudre la crise des soins de santé. Et c'est sur la base de leurs idées créatives et judicieuses que les recommandations de l'étude ont été formulées, en ce qui concerne notamment la mise en place de services de proximité et de services mobiles, ainsi que le recrutement de praticiennes comme les sages-femmes et les infirmières.

« Notre étude démontre que la participation des femmes des régions rurales et éloignées à l'élaboration de politiques ayant des conséquences directes sur leur santé et celle de leurs proches constitue un premier pas essentiel », affirme Margaret Haworth-Brockman.

« De nombreuses femmes nous ont avoué qu'elles n'avaient jamais eu l'occasion de parler de ce qui leur importait. Malgré des conditions de vie très différentes, on a constaté de nombreuses similarités, notamment le désir d'être entendue, d'être respectée et de contribuer au débat sur les soins de santé en offrant les solutions concrètes qu'elles ont imaginées. »

« Le temps est venu de les écouter. »

La santé des femmes en milieux rural, éloigné et nordique publie les données recueillies dans les groupes de discussion et les ateliers auxquels ont participé des femmes issues de toutes les régions canadiennes, y compris des pêcheuses et des fermières, des autochtones, des francophones et des anglophones. Le rapport se fonde également sur les données recueillies au cours d'une consultation nationale qui s'est tenue à Saskatoon en 2003. Plus de 200 femmes vivant en région rurale, éloignée ou nordique ont été consultées dans le cadre de cette étude.

Ce projet de recherche a été financé par le Bureau pour la santé des femmes à Santé Canada, avec l'appui du Bureau de la santé rurale et de l'Institut de la santé des femmes et des hommes, Instituts de recherche en santé du Canada.

La santé des femmes en milieux rural, éloigné et nordique : Orientations en matière de politiques et de recherches (Rapport sommaire; Centres d'excellence pour la santé des femmes, juin 2004) est disponible en ligne à l'adresse suivante : www.cewh-cesf.ca . On peut également l'obtenir en composant le (204) 982-6630.


Femmes vivant en milieux rural et éloigné au Canada

Le saviez-vous?…

*Même si la Loi canadienne sur la santé fédérale garantit l'accessibilité et l'universalité en matière de soins de santé, les régions rurales, éloignées et nordiques restent, de façon chronique, mal desservies dans le secteur des soins actifs (maladie) et des soins de santé primaires (bien-être), notamment en ce qui touche la prévention des maladies, la promotion de la santé et les soins de santé communautaire.

*Au Canada, plus d'une femme sur cinq vit en milieu rural.

*Le taux d'activité des femmes vivant en milieu rural est sensiblement inférieur à celui des citadines et leur taux de fertilité supérieur; elles sont aussi plus susceptibles d'être exposées à la pauvreté que ces dernières.

*Le risque de mourir d'un accident de voiture, d'une intoxication, d'un suicide, de diabète ou d'un cancer est plus élevé pour les femmes des régions rurales que pour les autres.

*Au Canada, les femmes qui vivent dans les communautés rurales sont davantage exposées à la violence, à l'insécurité économique et aux risques professionnels inhérents au secteur primaire. Les femmes autochtones et les femmes âgées sont particulièrement vulnérables.

*Les études menées à l'extérieur du Canada démontrent que les femmes qui vivent en milieu rural ont davantage de responsabilités familiales et sociales que les autres, car elles sont issues de familles plus nombreuses, démarrent leur propre famille plus tôt, ont un plus grand nombre d'enfants et jouent des rôles clés dans les affaires de la famille et de la communauté.

*Les femmes vivant en milieu rural doivent souvent parcourir de longues distances pour obtenir des soins de santé; comme il arrive fréquemment qu'elles n'aient pas facilement accès à un moyen de transport, elles ont moins susceptibles de se prévaloir des services de santé que les autres.

*Les femmes en milieu rural ont un accès limité aux soins de santé destinés aux femmes. Le respect du caractère confidentiel des services reçus peut parfois poser un problème dans les petites localités.

*Les femmes qui habitent les régions rurales, éloignées et nordiques sont triplement désavantagées en raison de leur sexe, de leur lieu de résidence et de l'interaction entre ces deux facteurs. Le racisme, la pauvreté et le manque d'éducation posent des obstacles supplémentaires pouvant multiplier les effets négatifs sur la santé.

*Étant donné qu'elles représentent un peu plus de la moitié de la population canadienne et de la population des régions rurales, éloignées et nordiques, les femmes sont bien plus qu'un « groupe d'intérêt spécial ». Elles représentent la majorité des électeurs, des fournisseurs de soins de santé et des soignants (rémunérés et non rémunérés). Et comme elles sont sous-représentées au sein des sphères politiques et décisionnelles, leur poids politique est souvent considéré comme négligeable.


À surveiller!

Les Centres d'excellence pour la santé des femmes préparent une trousse à l'intention des femmes vivant dans les régions rurales, éloignées et nordiques, dans le but de les aider à s'organiser et à exercer des pressions pour améliorer la qualité des services de sant é.

La trousse comprendra un résumé du projet de recherche La santé des femmes en milieux rural, éloigné et nordique rédigé en langage clair, ainsi qu'une synthèse des résultats et des recommandations de l'étude. On y offrira en outre des conseils qui devraient s'avérer utiles au moment de communiquer les conclusions du projet aux décideurs des différents niveaux de gouvernement.

On pourra se procurer cette trousse dès l'automne 2004 auprès du Centre d'excellence pour la santé des femmes de la région des Prairies. Visitez le site Web www.pwhce.ca ou (204) 982-6630.


Disponible sur le site Web du Réseau canadien pour la santé des femmes!

Vous pouvez maintenant consulter notre base de données bilingues en vue de trouver des ressources dans le domaine de la santé des femmes en passant par la page d'accueil de notre site Web, gratuitement! Notre base de données comporte plus de 4300 ressources qui couvrent un large éventail de sujets liés à la santé et à la vie des femmes. Ces ressources sont sélectionnées à l'intention des consommateur(trice)s, des professionnel(le)s de la santé, des chercheur(euse)s, des étudiant(e)s et des militant(e)s.

Vous pouvez accéder à des documents complets en ligne, des critiques de ressources-vedetttes ou de l'information sur la façon de se les procurer (copie électronique ou imprimée). La base de données comporte également les noms de plus de 2400 organismes œuvrant dans le créneau de la santé des femmes, au Canada et dans d'autres pays.

Nous encourageons aussi nos membres et les visiteur(euse)s de notre site Web à nous recommander des ressources et des noms d'organismes que nous pourrons inclure dans notre base de données en plein croissance.

Consultez notre site Web et envoyez-nous vos suggestions!
http://www.cwhn.ca/db_search/submitFR.html