Ce que nous lisons… Ressources recommandées par notre bibliothécaire

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


Barbara Bourrier-LaCroix, Coordonnatrice du centre d'information

 

Cancer des ovaires : votre compagnon d'espoir
Diane Sims (Un monde diff érent ltée, 2003)

Le cancer des ovaires évoque le mystère et suscite une crainte fort justifiée. On l'appelle souvent « la maladie qui murmure », car il est pratiquement indécelable dans sa phase embryonnaire. Laissé à lui-même, il se développe et se propage à l'intérieur de la cavité pelvienne. Ce « cancer féminin » excelle dans l'art de passer inaperçu, déjouant même la vigilance des médecins. Les faits bruts sont sinistres : le taux de survie a à peine changé depuis 50 ans. En 2003, plus de 2600 Canadiennes ont reçu un diagnostic de cancer des ovaires et environ 1500 d'entre elles, des mères, des sœurs, des filles, des amies, des épouses, des amantes, sont décédées. Le cancer des ovaires est le plus meurtrier des cancers gynécologiques. Diane Sims y a elle-même survécu; elle a écrit ce livre afin de nous dévoiler de précieux renseignements sur les symptômes, les traitements et les pronostics. Elle nous livre également les témoignages d'une centaine de femmes qui nous parlent de leur lutte contre la maladie. Tous les profits générés par la vente de cet ouvrage iront directement à la recherche et à l'éducation et seront administrés par la National Ovarian Cancer Association.


Rapport sur la santé périnatale au Canada 2003
Santé Canada (Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, Section de la santé génésique, Syst ème canadien de surveillance périnatale, 2004)

Le Rapport sur la santé périnatale au Canada 2003 rend compte de divers phénomènes qui concernent la périnatalité. Il s'agit autant d'écarts entre les provinces sur le plan des comportements liés à la grossesse et des services de santé que de tendances temporelles relatives à la périnatalité. Les disparités régionales aux plans du tabagisme prénatal et du recours à l'allaitement maternel peuvent aider à accentuer les efforts de sensibilisation du public, alors que les différences concernant les services de santé, comme l'accouchement chirurgical par voie vaginale ou l'accouchement par césarienne, peuvent provoquer une remise en question des méthodes couramment utilisées et des normes appliquées dans le milieu médical. Les tendances temporelles observées dans les interventions obstétricales, la croissance fœtale, la prématurité, la mortalité fœto-infantile et la morbidité et la mortalité maternelles tracent un tableau complet de la santé périnatale au Canada. En plus d'apporter de nouveaux éléments d'information et de faire la lumière sur plusieurs aspects de la périnatalité qui suscitent des inquiétudes, le rapport fait ressortir les lacunes dans notre connaissance du sujet au Canada. Dans ce sens, il éclairera la prise de décisions relatives aux soins cliniques, à la santé publique et aux politiques concernant la santé et contribuera à concentrer les efforts de surveillance dans le domaine.


Fibromyalgie, les malades veulent comprendre
L'Union Française des Association de Fibromyalgiques et Carole S. Robert
(Publibook, 2003)

La fibromyalgie, aussi connue sous le nom de fibromyosite ou de fibrosite, est une maladie chronique courante, qui se caractérise principalement par des douleurs diffuses dans toutes les régions du corps, un sommeil non réparateur et une fatigue excessive (épuisement anormal). La majorité des personnes atteintes sont des femmes et les premiers symptômes apparaissent entre l'âge de 20 et 50 ans. Les hommes, les adolescents et les adolescentes, de même que les enfants, peuvent aussi souffrir de cette maladie. Les troubles de la fibromyalgie, pourtant reconnus par la déclaration de Copenhague de 1992, n'en demeurent pas moins ignorés ou sous-estimés par le corps médical. Ce document donne la parole aux malades dans l'espoir de contribuer à la prise en compte de cette pathologie handicapante, nécessitant des soins appropriés. Une démarche salutaire qui nous rappelle que « la reconnaissance du malade en tant que sujet est une condition de l'efficacité plénière des soins reçus et de l'apaisement non seulement de la douleur, mais aussi de la souffrance. »


Consensus canadien sur la contraception : Première et deuxième parties de trois
(Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, 2004)

Ce consensus offre aux fournisseurs de soins de santé des directives cliniques sur le recours aux moyens de contraception pour la prévention de la grossesse et des infections transmissibles sexuellement. Les auteurs examinent les points suivants : efficacité globale des moyens de contraception cités; évaluation de l'innocuité, de la facilité d'utilisation et des effets indésirables, ainsi que de la baisse des risques d'infection et du taux de grossesse; effet des moyens de contraception cités sur la santé sexuelle et le bien-être général; coût et disponibilité des moyens de contraception cités au Canada. La première partie comprend trois chapitres : Introduction; Soins en matière de contraception et accès à la contraception; Contraception d'urgence. La deuxième partie en compte deux : Contraception hormonale combinée et Contraception hormonale ne contenant qu'un progestatif. On peut consulter ces documents en ligne : www.sogc.org/SOGCnet/sogc_docs/common/guide/pdfs/ps143_1_3f.pdf
et www.sogc.org/SOGCnet/sogc_docs/common/guide/pdfs/ps143_2f.pdf



Les femmes et la réforme des soins de santé primaires : document de travail
Lissa Donner et Ann Pederson (Comité coordonnateur des femmes et la r éforme en santé, 2004)

Ce document de travail se penche sur les répercussions de la réforme des soins de santé primaires pour les femmes. Les auteures examinent les différences entre les femmes et les hommes en matière d'utilisation des services de santé et leurs conséquences sur l'organisation et la prestation des soins de santé primaires.


Nulle part où aller ? Répondre à la violence conjugale envers les femmes immigrantes et des minorités visibles
Ekuwa Smith (Conseil canadien de d éveloppement social, 2004)

Ce rapport cerne un ensemble complexe de problèmes, d'attitudes, d'obstacles et de lacunes dans les services qui rendent les femmes immigrantes et des minorités visibles vulnérables de façon unique face à la violence conjugale. L'auteure préconise les mesures suivantes : fournir des informations sur les lois canadiennes, les droits et les services aux immigrants dans leur propre langue et augmenter l'accès à des services d'interprétation professionnelle pour la police, les tribunaux, les centres de réponse aux situations d'urgence et autres services; assurer que les services destinés aux femmes immigrantes et des minorités visibles victimes de violence respectent et soient au courant des diverses mœurs culturelles, de l'histoire et du vécu de ces femmes; améliorer et coordonner l'accès aux programmes pour les situations d'urgence (par ex. maisons d'hébergement, consultation socio-psychologique) et les interventions à plus long terme (logement, formation professionnelle) adaptés aux besoins de cette population.


Anorexie et boulimie, du corps à l'âme
Vittoria ( Éditions Michel d'Orion, 2003)

Les troubles de l'alimentation peuvent affecter n'importe qui, peu importe la race, le groupe ethnique ou l'âge, mais ils sont beaucoup plus fréquents chez la femme (90 % à 95 % des cas). Les femmes atteintes succombent à la recherche effrénée de l'idéal minceur – un souci qui devient une véritable obsession et donne lieu à de graves troubles alimentaires comme l'anorexie nerveuse (aussi appelée anorexie mentale) et la boulimie. L'auteure raconte comment, dès l'âge de 12 ans, s'amorce pour elle une vie dominée par l'anorexie et par son combat contre la « graisse ». Elle traverse ensuite, de l'âge de 25 à 28 ans, une période boulimique pendant laquelle son existence n'est plus qu'obsession de la nourriture. Cet ouvrage nous relate son parcours jusqu'à sa thérapie et sa reconstruction.


Nouvelle parution
Caring For/Caring About: Women, Home Care and Unpaid Caregiving


par Karen R. Grant, Carol Amaratunga, Pat Armstrong, Madeline Boscoe, Ann Pederson et Kay Willson (dir.), en collaboration avec le Comité coordonnateur des femmes et la r éforme en santé (Garamond Press, 2004)

En dépit des transformations que continue à subir le système de santé canadien, un facteur reste constant, à savoir le rôle primordial que jouent les femmes dans la prestation des soins. On estime que les femmes représentent 80 % des travailleurs rémunérés et non rémunérés dans ce secteur. Or malgré l'augmentation du volume de travail non rémunéré qui accompagne les réformes, l'influence qu'exercent les soignantes au sein du système de santé ne reflète aucunement leur nombre.

Dans un tout nouvel ouvrage rédigé sous la direction du Comité coordonnateur des femmes et la réforme en santé et intitulé Caring For/Caring About: Women Home Care and Unpaid Caregiving, des chercheuses et des agentes d'éducation sanitaire des quatre coins du pays passent en revue les modèles de soins à domicile et les conséquences de la réforme de la santé sur la vie des femmes.

Le transfert de plus en plus fréquent des patients vers les soins de proximité donne
peut-être à ceux-ci l'occasion de poursuivre leur convalescence dans un milieu qui leur est familier, auprès des gens qu'ils aiment, mais il impose aux membres de la famille – généralement des femmes, un fardeau pouvant entraîner de sérieuses conséquences sur le plan pécuniaire.

Pour les femmes, soigner sans rémunération peut signifier interrompre sa carrière, s'absenter du travail, subir une baisse de revenus, troquer un temps plein contre un temps partiel, voire perdre son emploi. Le travail non rémunéré entraîne aussi des répercussions à long terme : fonds de pension modeste ou inexistant, effritement du réseau social de la soignante et perte du sentiment de satisfaction personnelle que procure un travail rémunéré.

« Il est remarquable de constater le peu d'intérêt suscité par la question des soins à domicile lors de la dernière campagne électorale fédérale », souligne Karen Grant, directrice principale de l'ouvrage et vice-rectrice de l'Université du Manitoba. « Les soins à domicile sont en voie de devenir un véritable “système de santé caché”, au sein duquel ce sont les femmes qui prennent en charge les soins de santé, ajoute-t-elle. Vu la tendance démographique actuelle, il est plus que jamais temps d'instaurer un programme exhaustif de soins à domicile à l'échelle nationale. »

Caring For/Caring About met en lumière la nécessité pour les nouveaux élus d'élaborer une stratégie qui tiendra compte de la division du travail selon le sexe dans la prestation des soins.

« Faire des soins à domicile une priorité nationale est dans l'intérêt de tous les citoyens, en particulier celui des femmes à qui cette charge incombe le plus souvent », affirme Karen Grant. Nous n'avons plus le choix. Il s'agit désormais d'un service de santé essentiel ».