L’institut de la santé des femmes et des hommes : regard sur une année

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable



Une ère nouvelle en recherche sur la santé
En juin 2000, Allan Rock, alors ministre de la Santé, a inauguré les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), l’agence de recherche en santé la plus importante au pays. L’objectif de cette organisation est d’atteindre l’excellence – au plan national comme international – dans l’acquisition de nouvelles connaissances et dans leur application, afin d’améliorer la santé des Canadiens, d’offrir de meilleurs produits et services de santé, et de consolider le système de santé du Canada. Les IRSC ont été créés pour appuyer une recherche multidisciplinaire intégrée dont le champ, très vaste, comprend les domaines biomédical et clinique, ainsi que l’étude des services et des systèmes de santé, et la recherche sur la santé des populations. La mission des IRSC est de produire des connaissances et de développer des capacités de recherche, dans le but d’améliorer la santé de tous les Canadiens ainsi que leurs systèmes de santé.

Les IRSC et la campagne pour la santé des femmes
Le Conseil d’administration provisoire de la recherche en santé nommé par le parlement avait, entre autres mandats, celui de créer des instituts. Dans ce but, une consultation fut lancée à l’échelle canadienne afin de pouvoir en ébaucher le concept. La nature virtuelle de ces instituts impliquait qu’ils se rattacheraient au site de recherche canadien de chacun des directeurs scientifiques. Chaque institut se consacrerait à un champ de recherche spécifique, comme la santé des appareils circulatoire et respiratoire, les services et les politiques de la santé, ou la santé des Autochtones.

Un groupe de chercheurs et d’activistes provenant de tout le Canada – le groupe de travail sur la santé des femmes et des hommes œuvrant au sein des IRSC – soumit une proposition de création d’un institut consacré à la santé des femmes. Cette proposition se basait sur un document antérieur intitulé CIHR 2000: Sex, Gender and Women’s Health [IRSC : l’appartenance sexuelle, les rapports sociaux entre les sexes et la santé des femmes]. Ces efforts ont porté fruit. En juillet 2000, le ministre de la santé de l’époque, Allan Rock, et le président des IRSC, Allan Bernstein, annonçaient la création de 13 instituts, dont celui de la santé des femmes et des hommes.

L’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH)
Le mandat de l’ISFH est d’appuyer « la recherche axée sur la façon dont les facteurs biologiques (liés au sexe des personnes) et les facteurs socioculturels (chez les hommes et chez les femmes) interagissent avec d’autres facteurs qui influent sur la santé pour créer des conditions et des problèmes à caractère unique, plus courants, plus graves ou différents, et ce, compte tenu des facteurs de risque ou des interventions efficaces à l’égard des femmes et des hommes ». Fidèle à sa mission, l’ISFH appuie le renforcement des capacités de recherche ainsi que les initiatives de recherche.

Les objectifs de l’ISFH sont de mettre en lumière de nouvelles connaissances sur l’état de la santé, les comportements liés à la santé et l’utilisation des services de santé chez les femmes et les hommes à tous les âges de la vie, ainsi que l’influence de l’appartenance sexuelle et des rapports sociaux entre les sexes sur ces aspects, et leurs interrelations avec d’autres déterminants de la santé. L’Institut œuvre également à récolter des données informatives afin de guider la mise sur pied de programmes, de politiques et de pratiques destinés aux femmes et aux hommes au Canada, à renforcer les capacités de recherche et de formation à la recherche sur la santé des femmes et des hommes, à produire un impact international par le biais de recherches stratégiques et du renforcement des capacités de recherche, et à faire progresser la problématique de la santé des femmes et des hommes en considérant l’appartenance sexuelle comme déterminant.

Vers la fin de 2000, Allan Rock annonça la nomination des directeurs scientifiques qui prendraient les rênes des instituts. La directrice scientifique de l’ISHF est la Dre Miriam Stewart, professeure à la faculté des sciences infirmières et à la faculté de médecine, en santé publique, à l’Université de l’Alberta. La Dre Stewart a été directrice du Centre d’études pour la promotion de la santé de l’Université de l’Alberta ainsi que du Centre de recherche et de promotion de la santé des Maritimes; elle a été également la principale cochercheuse et cofondatrice du Centre d’excellence pour la santé des femmes – région de l’Atlantique. Au cours de la dernière décennie, elle s’est vu octroyer plus de 10 millions de dollars en bourses destinées à la recherche dans son domaine d’étude : le soutien social et les autres facteurs sociaux qui influent sur la santé, et la manière dont une meilleure compréhension de ces phénomènes peut être appliquée à l’amélioration des programmes destinés aux personnes en situation précaire.

En février 2001, la création du Conseil consultatif de l’Institut fut annoncée. Ses membres viennent de partout au Canada et représentent diverses disciplines telles que la santé des femmes, la sociologie, la psychologie, la médecine, les sciences infirmières et l’anthropologie; ils détiennent une expertise au chapitre des pratiques, des politiques et des forums publics. Entre autres membres, on peut mentionner Penny Ballem, vice-présidente du Centre de santé des femmes et des enfants de la Colombie-Britannique, Ian Manion, directeur de la recherche du service des patients en santé mentale au Children’s Hospital of Eastern Ontario (CHEO) [Hôpital pour enfants de l’Est de l’Ontario], Sandra Bentley, conseillère en chef en matière de politiques reliées au ministère de la Condition féminine de l’Île-du-Prince-Édouard, Irving Rootman, directeur du Centre de promotion de la santé de l’Université de Toronto et enfin, Madeleine Boscoe, directrice exécutive du Réseau canadien pour la santé des femmes.

Au printemps de 2001, l’ISFH a entrepris de consulter des intervenants clés à l’échelle du pays, afin de déterminer les orientations prioritaires à suivre en recherche sur la santé des femmes et des hommes. Ce processus a permis à l’Institut d’établir cinq orientations prioritaires ainsi que dix thèmes de recherche clés : L’amélioration de l’accès et de l’équité au sein des populations marginalisées et des groupes en situation précaire (rapports sociaux entre les sexes, équité face à la santé et accès aux services des groupes en situation précaire; rapports sociaux entre les sexes, violence et santé à tous les âges de la vie); Promouvoir la santé dans un contexte de maladies chroniques (rapports sociaux entre les sexes et maladies chroniques à tous les âges de la vie; rapports sociaux entre les sexes et santé cardiovasculaire); Les rapports sociaux entre les sexes et la santé à tous les âges de la vie (rapports sociaux entre les sexes et développement sain de l’enfant; rapports sociaux entre les sexes et vieillissement sain; rapports sociaux entre les sexes, travail, loisirs et santé; rapports sociaux entre les sexes et santé mentale dans une société en transformation; rapports sociaux entre les sexes et santé sexuelle et génésique); Promouvoir des comportements positifs face à la santé (rapports sociaux entre les sexes, promotion des comportements sains et lutte contre les dépendances); Les rapports sociaux entre les sexes et l’environnement.

ISFH lance des initiatives stratégiques en 2001-2002
Au cours de leur première année d’activité, tous les instituts ont démarré des recherches stratégiques et mené des initiatives de renforcement des capacités de recherche. Ces initiatives ont permis aux chercheurs de multiplier les sources de subventions dans les quatre domaines piliers des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), et plus particulièrement au chapitre des services de santé, des politiques et de la santé des populations.

Entre autres initiatives stratégiques lancées par l’ISFH en partenariat avec d’autres IRSC, mentionnons : Nouvelles perspectives sur les rapports sociaux entre les sexes et la santé (subventions de démarrage, subventions ponctuelles et bourses de nouvelles formations visant à stimuler la recherche et à renforcer les capacités de recherche en rapport avec les cinq orientations de recherche prioritaires de l’Institut); le programme Nouvelles équipes en émergence [New Emerging Teams – Net], dont le but est d’encourager la croissance de petites équipes de recherche existantes ou la formation de nouvelles équipes axées sur les priorités de recherche sur les rapports sociaux entre les sexes, la violence, la santé et les maladies chroniques); Améliorer l’accès des groupes marginalisés aux services de santé appropriés (soutien à des projets novateurs qui influeront sur les politiques, sur les programmes et sur les décisions administratives reliées à cette priorité de recherche); et enfin, l’Initiative en formation à la recherche dans le domaine de la santé des IRSC (visant à appuyer le développement de programmes de formation novateurs et transdisciplinaires dans le domaine de la recherche, qui élargissent les capacités de recherche en santé au Canada et reflètent l’éventail des priorités de recherche de l’ensemble des instituts.)

Occasions, événements et activités à ne pas manquer

  • Lancement des initiatives stratégiques 2002-2003, axées sur les cinq priorités de recherche (par exemple, Nouveaux points de vue sur la santé des hommes et des femmes, Améliorer l’accès des groupes marginalisés aux services de santé appropriés), et initiatives axées sur la formation à la recherche et sur le renforcement des capacités;




  • Groupe international de réflexion sur les rapports sociaux entre les sexes et leurs effets sur la santé, et colloque à l’occasion de la remise des bourses de l’ISFH, prévus pour la fin de 2002;




  • Recherche en collaboration trans-instituts (Sommet canadien sur la recherche en matière de lutte contre le tabagisme, Groupe de travail national sur les effets de l’environnement sur la santé, Stratégie de recherche sur la santé rurale);




  • Mise sur pied d’une liste de diffusion électronique permettant de communiquer avec les chercheurs et avec le public au sujet des politiques, de la planification des programmes et de la communauté.


Pour obtenir davantage d’information sur les IRSC, voir leur site à l’adresse http://www.cihr-irsc.gc.ca, ou le site de l’ISFH au http://www.cihr-irsc.gc.ca/institutes/igh/index_f.shtml. Pour s’inscrire sur la liste d’envoi de courriels de l’IRSC : http://www.cihr-irsc.gc.ca/contact_us/index_f.shtml.