L'environnement a-t-il des effets sur la puberté des jeunes filles?

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


La santé des Q et R
Complie par Barbara Bourrier-LaCroix

L'apparition des premières règles se produit normalement entre dix et seize ans, généralement après la manifestation des premiers signes de la puberté. L'élargissement des hanches, le développement des seins et l'apparition des poils sur le corps constituent quelques-uns de ces signes. Au moment des premières menstruations, la plupart des jeunes femmes ont presque terminé leur période accélérée de croissance et ont atteint, à quelques centimètres près, leur taille adulte. Une puberté précoce, ou la phase intermédiaire de l'enfance, se produit chez les filles qui manifestent des signes de développement sexuel avant huit ans.

Une étude publiée en 1997 dans la revue American Journal of Pediatrics a constaté que les premiers signes de la puberté (le développement des seins et l'apparition de poils pubiens) se manifestent plus tôt qu'il ne l'a été observé antérieurement, soit à six ou sept ans. Toutefois, l'âge moyen des premières menstruations semble être le même, soit douze ans. Bien que l'étude ait fait l'objet de critiques, de nombreux experts et scientifiques sont à la recherche d'explications. Jusqu'à présent, l'obésité, la présence de certains facteurs sociaux et les produits chimiques dans l'environnement sont les trois théories auxquelles on a le plus recours pour expliquer une telle incidence.

Plusieurs études ont examiné les liens entre l'alimentation, le poids et l'occurrence du développement sexuel dans le temps. Selon certaines recherches, les filles obèses vivraient une puberté précoce alors que les filles très minces atteindraient la puberté plus tardivement. D'autres recherches se penchent sur l'impact de l'environnement familial sur le développement sexuel. Selon l'une d'elles, les filles qui vivent dans des familles stressées vivent une puberté plus précoce. Une autre étude suggère que la puberté se déclenche plus précocement dans des familles où le père est absent, ou dans des familles comportant un homme adulte qui n'est pas le père génétique de la fille.

Selon la croyance générale, non issue de la science, la présence d'une sexualité de plus en plus explicite dans les médias populaires pourrait stimuler un développement précoce. De plus, des données provenant d'études effectuées sur des animaux démontrent que leur développement sexuel peut être influencé par la présence de différents contaminants chimiques, tels les BPC, auxquels ils sont très exposés. Certaines études épidémiologiques et certains dossiers médicaux suggèrent que la présence de contaminants dans l'environnement peut influencer le développement sexuel chez l'humain.

L'étude publiée dans le American Journal of Pediatrics a mené certains à suggérer l'apport de changements aux lignes directrices utilisées par les pédiatres pour identifier la puberté précoce chez les filles. D'autres se demandent avec inquiétude si les médecins ne pouvaient pas passer à côté de problèmes médicaux graves, tels des tumeurs ou des troubles génétiques, pensant qu'il est normal pour les filles d'entrer dans la phase de la puberté à l'âge de six ou sept ans.

Fait bien connu, la puberté précoce peut réduire la taille ultime qu'atteindra la jeune fille. Ce qui est encore peut-être plus troublant que ces effets physiques est le fait que les jeunes enfants ne sont pas préparés, sur le plan émotionnel, à faire face à la puberté, accompagnée de ses fluctuations d'humeurs, de ses changements hormonaux et de l'attention sexuelle qui vient avec la maturation physique. Des études démontrent que les filles atteintes de puberté précoce ont tendance à avoir des rapports sexuels plus jeunes, vivent plus de stress sur le plan physiologique et sont plus à risque quant à l'alcool et à la cigarette.

Le débat se poursuit. En attendant, une jeune fille qui démontre des signes de puberté précoce doit être examinée par un médecin pour éliminer toute possibilité de troubles médicaux graves.

Source — Our Stolen Future
www.ourstolenfuture.com/NewScience/reproduction/Puberty/pubertydebate.htm


Vous avez des questions concernant la santé des femmes?

Numéro sans frais : 1 888 818-9172
Tél.: (204) 942-5500
Téléc.: (204) 989-2355
ATS à Winnipeg: 942-2806
ATS sans frais: 1 866 694-6367
Courriel: questions@cwhn.ca