Un rituel de bénédiction : une autre façon de célébrer

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


J'ai entendu parler du rituel de bénédiction pour la première fois, ayant reçu une invitation l'été dernier pour participer à un tel événement.

Une amie était en ceinte de son quatrième enfant et je n'avais aucune notion de ce qu'était un rituel de bénédiction. Mysticisme du Nouvel Âge? Chants et méditation? Cercle de sorcières?

En fait, aucune de ces trois réponses.

Comment décrire le rituel de bénédiction? On pourrait le définir comme une autre façon de célébrer les mères qui diffère de la traditionnelle réception-cadeau pour bébé.

L'ironie est que le rituel de bénédiction relève d'une tradition beaucoup plus ancienne que celle de la réception-cadeau.

Le rituel de bénédiction est une ancienne cérémonie navajo visant à célébrer la transition que vivaient les femmes lorsqu'elles devenaient en ceinte. Les Navajo ont un proverbe : " tout ce qui se passe ici sur Terre doit d'abord être rêvé ", et c'est exactement ce que fait le rituel de bénédiction. C'est une cérémonie (ou le " rêve ") qui prélude à un événement de vie majeur (et, comme nous le savons toutes, la maternité est un événement transformateur de vie).

De la même façon, le rituel de bénédiction peut aussi avoir lieu pour les femmes qui vivent tout changement majeur dans leur vie : divorce, déménagement, changement de carrière, nouvelle union - la cérémonie peut être adaptée de façon créative pour souligner d'autres événements de la vie.

Alors que l'accent de la réception-cadeau pour bébé se veut davantage commercial, le rituel de bénédiction offre un contraste plutôt rafraîchissant.

Pas de pile de cadeaux roses et bleus. La cérémonie de bénédiction célèbre la femme que nous connaissons, et non le bébé à l'intérieur d'elle, que nous ne connaissons pas. Elle est célébrée en tant qu'amie, sœur et future mère.

Alors que la société a tendance à mettre carrément la mère de côté pour plutôt mettre l'accent sur un mignon petit poupon gazouillant, un rituel de bénédiction laisse à la mère des souvenirs d'une réelle solidarité de la part de ses amies.

Et ces souvenirs durent beaucoup plus longtemps qu'une dormeuse pour bébé.

Le rituel de bénédiction peut comporter plusieurs éléments. En invitant la mère à participer au processus de planification, vous favoriserez sa prise de pouvoir et ferez en sorte que cette cérémonie soit sa cérémonie. Il existe des rituels associés à cette cérémonie : on peut confectionner des colliers et des bracelets pour l'accouchement, brosser les cheveux et laver les pieds de la future mère, brûler de l'encens, partager des récits d'accouchement, convier ses félicitations et ses bons souhaits, donner des cadeaux et partager des plats de nourriture.

L'invitée d'honneur peut choisir les activités dont elle a envie. Les invitées peuvent apporter des cadeaux qu'elles ont faits elles-mêmes ou des cadeaux personnels peu chers achetés dans un magasin.

On peut brûler de la sauge au début du rituel de bénédiction pour bénir la maison de la femme (soit pour l'accouchement à la maison ou pour l'occasion où la mère reviendra de l'hôpital avec son bébé). La sœur ou la mère de la future maman (ou des amies si elles ne sont pas présentes) peut lui brosser les cheveux ou lui faire des tresses ornées de fleurs.

Parmi les belles expériences à vivre, on peut partager des récits d'accouchement tout en brossant les cheveux de la mère. La sage femme, si elle est présente, peut laver les pieds de la célébrée dans un bassin d'eau tiède, rempli d'herbes ou de fleurs. (Vous n'êtes pas obligée de le faire si tous ces gestes vous semblent trop intimes. À l'occasion de mon premier rituel de bénédiction, j'ai eu envie de pendre mes jambes à mon cou quand mon tour est venu de brosser les cheveux. J'ai résisté à la tentation et à ma grande surprise, c'est avec grand plaisir que j'ai brossé les cheveux de mon amie.)

Voici d'autres idées pour le rituel de bénédiction : faire un moulage du vendre avant l'événement et demander aux invitées de le décorer, poser des couleurs sur le ventre de la mère et prendre une photo (!), ou faire circuler une couverture pour bébé pour que chaque invitée puisse peindre ou broder un motif.

Envisagez de faire tout ce qui vous semble agréable pour la mère. Le livre de Jennifer Louden, Pregnant Woman's Comfort Book est une bonne référence pour l'organisation d'un rituel de bénédiction.

J'ai été touchée à un tel point par ce que j'ai vécu à l'occasion du rituel auquel j'ai participé cet été que j'en ai organisé un en novembre pour ma chère amie, Mo, qui devait accoucher de son troisième enfant en début décembre.

J'ai discuté avec Mo des noms qui figureraient à la liste d'invitation et des traditions avec lesquelles elle était à l'aise. (Elle a opté pour un mélange d'expériences tactiles : peindre le ventre, brosser les cheveux et laver les pieds).

J'ai appelé ses amies et je leur ai dit que j'organisais un rituel de bénédiction pour Mo. Les silences au bout du fil me disaient qu'elles en savaient autant que j'en savais il y a quelques mois).

Je leur ai expliqué que le rituel de bénédiction était une variante de la réception-cadeau pour bébé - que nous rendrions hommage à Mo en tant que femme et amie et que nous la soutiendrions dans son cheminement en tant que mère de trois enfants.

J'ai demandé aux invitées de ne pas amener de cadeau pour le bébé mais plutôt un petit cadeau personnel pour Mo et une gâterie chocolatée pour le repas collectif (le chocolat étant la denrée préférée de l'invitée d'honneur).

Au cours d'un après-midi froid et ensoleillé de novembre, nous nous sommes rencontrées pour honorer notre amie Mo et célébrer sa maternité. J'ai mis la musique de Sarah McLachlan et j'ai posé de toutes petites bougies à la fenêtre. J'ai commencé le rituel de bénédiction en expliquant son objectif : bénir le cheminement de Mo dans l'œuvre de la maternité, pour qu'elle puisse se souvenir de toutes les femmes qui l'ont précédée dans la procréation et pour que nous puissions lui promettre notre appui lorsqu'elle entamera son expérience d'accouchement.

Ce rituel de vœux comportait trois activités officielles : nous avons fabriqué un collier pour l'accouchement, tissé des bracelets de ficelle et avons fait circuler entre nous une bougie que chacune tenait en adressant un vœu à la célébrée.

Le collier pour l'accouchement a été confectionné avec de la ficelle noire et des perles spéciales que j'avais choisies dans une boutique de perles. Nous avons fait circuler la ficelle et nous avons ajouté une perle pour chaque enfant dont nous avions accouché. Ce collier devait servir à Mo pendant l'accouchement - en le portant ou en le tenant dans ses mains, elle pouvait l'utiliser pour focaliser son attention et calmer les douleurs. Elle pouvait ensuite ajouter une perle après la naissance de son enfant et le remettre à une amie en ceinte.

J'ai expliqué que le geste de créer ce collier symbolisait la force de nos expériences collectives en tant que mères et femmes.

Puis, nous avons tissé un bracelet de ficelle pour chacune d'entre nous, que nous porterions jusqu'à la naissance du bébé. Après la naissance, chacune pourrait le retirer, mais d'ici là, elle le porterait au poignet en rappel constant du voyage à venir de notre amie.

J'ai fait circuler une pelote de ficelle de chanvre que nous avons toutes enroulée autour de nos poignets. Une fois que nous étions toutes reliées par la ficelle, j'ai expliqué que ce geste symbolique faisait de nous des sœurs unies et solidaires et représentait le cercle des femmes et le cercle de la vie.

Nous avons alors coupé la ficelle avec des ciseaux, laissant une quantité suffisante pour que chacune puisse tisser le bracelet à sa propre manière. Bien qu'à cette étape nous semblions séparées, le bracelet nous rappelait qu'en tant que femmes, nous étions toutes façonnées de la même matière.

Comme dernière activité en tant que groupe, nous avons allumé une chandelle. J'ai allumé une bougie cylindrique blanche que l'on a placée dans un chandelier de verre bleu transparent. J'ai fait circuler la bougie et chacune a adressé un vœu à la future maman.

Nos propos exprimaient des réflexions en rapport à Mo et à la maternité ainsi qu'une sagesse tirée de nos propres expériences que nous avons vécues en donnant naissance. Nous lui avons remis la chandelle pour qu'elle puisse l'allumer au début de l'accouchement, en espérant que nos sentiments feraient alors écho et lui transmettraient une force pendant le processus.

De tout l'après-midi, j'ai particulièrement aimé le moment où j'ai demandé à chacune de décrire son lien avec Mo - comment elles l'ont rencontrée, qu'est ce qui, chez elle, leur a donné envie de la connaître, et pourquoi elle leur était importante. Quand avons-nous l'occasion de partager nos sentiments avec de bonnes amies de façon si ouverte?

Nous avons vécu une expérience très touchante et au moment où le rituel se terminait, toutes pleuraient (et sanglotaient!). Et pour terminer, avant la remise des cadeaux et le repas, j'ai lu un poème, qui, selon la tradition, sont les mots de la fin :

Ode à la confiance
par Patrick Overter

Lorsque vous vous tenez à la limite
De tout ce qui est connu
Et que vous vous avancez
Dans les ténèbres de l'inconnu
La confiance, c'est d'être assuré
Que l'une des deux choses se produira,
Que vous prendrez pied sur la terre ferme,
Ou qu'on vous enseignera comment voler.







Pour les femmes, un rituel de bénédiction est une occasion de manifester notre enthousiasme et notre appui envers une autre femme que nous aimons. Elle peut engranger nos expériences collectives et notre pouvoir et s'en servir pour consolider sa propre force et poursuivre ainsi sa nouvelle voie.

Sue Robins est une mère à la maison et une écrivaine pigiste.