De l'ombre à la lumière - une réalisation de Lise Bonenfant

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


De l'ombre à la lumière - une réalisation de Lise Bonenfant
Vidéo Femmes, 2000

Revue par Lorelei Bourrier et Barbara Bourrier-LaCroix

« Au Québec, une femme sur quatre affirme avoir été victime de violence physique ou sexuelle de la part de son conjoint... »

Armée de cette statistique, Lise Bonenfant a créé un documentaire de trente minutes pour nous transmettre un message puissant. Par l'entremise d'entretiens avec quatre femmes, elle nous fait connaître la capacité de dire plus jamais à la violence. En effet, les témoignages de ces femmes, une immigrante, une Autochtone, une jeune femme et une femme mariée pendant 31 ans, permettent de confirmer qu'il est possible de se sortir de la violence conjugale.

Ces femmes sont nos voisines ou nos amies. L'une est restée avec son conjoint pendant 31 ans à cause des moeurs de sa génération. Une autre a vu son ex-conjoint menacer devant ses enfants d'engager quelqu'un pour tuer leur mère. Une troisième a dû quitter son pays d'origine pour fuir la violence. Leur cheminement a été facilité par l'expression artistique, à savoir l'écriture, la peinture et la musique. La poésie d'une femme ayant connu la violence parsème le film. Elles sont fières car elles ont pu rebâtir leur vie et retrouver la confiance en soi.

Ce court-métrage vise bien son public cible. Dans un langage simple, exprimant des pensées claires, les femmes transmettent bien le message qu'il est possible de passer du rôle de victime à celui de la femme libre et autonome. Les premières images sont des plus sombres: les funérailles d'une femme victime de violence conjugale. De cette noirceur jaillit peu à peu la lumière de l'espoir.

La réalisatrice fait aussi appel à des sentiments profonds: le chagrin des funérailles et la paix offerte par la nature. On ne s'attarde pas sur les causes de la violence conjugale - on met plutôt l'accent sur la façon de s'en sortir. La solidarité et la force des femmes sont souvent mentionnées. Mme Bonenfant souligne également le rôle important des maisons d'hébergement.

Sur le plan technique, les images suivent la progression thématique du documentaire. Peu à peu, l'ombre cède devant la clarté et la lumière de l'espoir de ces femmes qui ont pu se sortir de la violence. La vidéo-cassette est accompagnée d'un livret dans lequel on décrit le cycle de la violence, les signes précurseurs et les conséquences. Le langage est clair et les idées sont regroupées logiquement. Le livret fournit également des sources d'aide et d'information (pour le Québec uniquement).

Le dernier cliché évoque l'ultime conséquence de la violence ainsi que l'espoir de voir une fin à cette violence. Dans le cadre du dixième anniversaire du massacre à l'École Polytechnique de Montréal, cinq cent ballons ont été relâchés, chacun portant le nom d'une femme (et de ses enfants) tuée par son conjoint. Le message est clair - un ballon est déjà trop.

Vidéo Femmes : www.qbc.clic.net/~videofem




Consignes pour un plan de sécurité (extraites du livret)

  • Prévoir ce qu'il faut et où il faut aller en cas de danger.
  • Garder de l'essence dans votre voiture et cacher un deuxième jeu de clefs.
  • Cacher une somme d'argent pour l'utiliser en cas de départ précipité.
  • Établir un code pour communiquer par téléphone avec une personne de confiance en cas de danger.
  • Prévoir emporter : pièces d'identité, permis de conduire, cartes d'assurance-maladie et d'assurance sociale, carnets de banque, cartes de crédit, médicaments essentiels, objets indispensables pour les enfants.
  • Garder les numéros d'urgence à la portée de la main, mais bien cachés.