groupes de soutien

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Lettres

Tammy Dusterbeck et moi-même sommes animatrices de groupes de soutien à l'intention des filles âgées de 10 à 16 ans (mais ce critère est élastique), appelés Girls in the Millenium; nous y abordons des sujets tels que l'image corporelle, les relations de couple saines, etc., dans l'espoir d'outiller les participantes de telle sorte qu'elles puissent aspirer à vivre une vie satisfaisante.

Au fil des échanges avec des filles de leur âge, les participantes semblent s'épanouir à mesure qu'elles se rendent compte qu'elles ne sont pas seules à ressentir certaines émotions. Chaque groupe réunit entre 8 et 15 jeunes filles; le programme se déroule sur une période de 16 semaines durant l'année scolaire. Nous menons conjointement trois de ces groupes à l'heure actuelle.

Les groupes suivent le modèle de programme conçu en Colombie-Britannique par Sandra Friedman, éducatrice, conseillère et auteure.

Continuons notre travail sensationnel!

Tammy L. Wagner
Directrice administrative
Centre des femmes
University of Regina


J'ai enfin trouvé un moment libre aujourd'hui pour lire le numéro de l'été 1999. L'article « Deux mères valent-elles mieux qu'une? » m'a profondément troublée à cause de son point de vue naïf et de la désinformation qu'il opère. L'auteure ne tient aucunement compte du fait que le sperme venait d'un homme, un être humain lui aussi, qui, en dépit de ce qu'elle affirme, sera de fait le père biologique de l'enfant qu'elle espère avoir. Elle fait preuve d'une incompréhension totale quant à la complexité des questions qu'entraîne la décision de fonder une famille grâce à l'insémination artificielle par donneur.

L'auteure et sa partenaire ne voulaient peut-être pas « d'une troisième personne dans [leur] vie », mais leurs intérêts sont distincts des besoins et des droits de l'enfant en ce qui a trait à la divulgation des antécédents médicaux et sociaux du donneur de sperme, de même que de son identité; ils pourraient même être en conflit avec ceux-ci.

Elle avance que l'essai rédigé par le donneur sur les raisons qui avaient incité celui-ci à faire un don de sperme ne lui avait pas semblé « indispensable » au moment où c'était le désir d'avoir « un bébé » qui prédominait; cependant, les nombreux contacts que j'ai eu avec la progéniture née grâce à l'insémination artificielle, de même que les nombreuses recherches qui ont été menées sur le sujet, indiquent qu'un tel document s'avérera très important aux yeux de la personne dont la vie sera influencée, d'abord et avant tout, par les décisions prises par autrui: c'est-à-dire « l'enfant » lui-même, lorsqu'il aura atteint, dans quelques années, l'adolescence puis l'âge adulte.

Diane Allen
Directrice administrative
The Infertility Network
Toronto


Écrire à l'adresse suivante:
Courriel: cwhn@cwhn.ca
Ou par la poste à :
Le Réseau
203-419 avenue Graham, Winnipeg, Manitoba, Canada R3C 0M3
Télécopieur: 204-989-2355