Le yoga : le respect de la vie divine en soi

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


Le yoga : le respect de la vie divine en soi
par Sue Robins

Je n'ai jamais été très portée à faire de l'exercice. Cette idée suscite en moi le souvenir suant et dégoûtant de mes cours d'éducation physique en neuvième année. Depuis, j'acceptais d'aller prendre une marche de temps à autre mais je me tenais loin de toute autre forme d'activité physique; ironiquement, aspirer à la santé n'incluait pas pour moi la notion d'exercice. Puis un jour le yoga est entré dans ma vie.

"Sue, j'ai commencé à prendre des cours de yoga. Il faut que tu t'inscrives." Quelque chose dans le ton utilisé par mon amie me fit réfléchir. Elle est intervenue au bon moment dans ma vie.

J'ai suivi son conseil; je me suis inscrite dans un cours pour débutant-es dans un studio près de chez moi. Cela remonte à deux ans et jamais je ne suis revenue sur cette décision. Si on m'avait dit à ce moment-là que je m'emballerais de cette façon pour une activité physique, j'aurais éclaté de rire. Mais le yoga m'a apporté quelque chose à tous les plans et a amélioré mon bien-être psychologique, physique et spirituel.


La philosophie du yoga

Le terme yoga est un mot sanksrit qui nous vient de l'Inde et qui signifie union. Il peut désigner des choses différentes pour chacun-e: exercice physique, respiration, méditation, relaxation ou une philosophie intégrale de vie. J'ai découvert que l'on pouvait choisir les éléments qui nous semblaient importants dans cette pratique.

Le hatha yoga est la forme la plus communément pratiquée en Occident. C'est celui avec lequel nous sommes tous plus ou moins familiers, qui propose un ensemble de poses et de techniques respiratoires.

La pratique du yoga aide à développer la force, le niveau d'énergie, une bonne posture; elle nous rajeunit et augmente notre pouvoir de concentration. Le style hatha réunit plusieurs écoles et philosophies qui peuvent servir de guide; elles se réclament de différents gourous et proposent des modèles variés de pratique, qui peuvent être axés sur la posture, la respiration et la fluidité des mouvements.


Les cours de yoga

Les cours sont donnés dans plusieurs endroits: centre communautaire, centre de conditionnement, domicile privé ou studio de yoga. L'important, c'est de trouver un lieu où l'on se sent à l'aise.

Le studio que j'ai choisi est un refuge paisible, éclairé à l'aide de bougies, qui offre un répit à la vie bruyante de l'extérieur. Le bonheur que j'éprouve en y pénétrant découle en partie du fait que les cours de yoga sont devenus pour moi un espace sacré, qui me permet de m'arrêter pour réfléchir, sans être interrompue par le téléphone, quelqu'un qui sonne à la porte ou mes jeunes enfants.

Le yoga n'est pas pour moi une activité sociale; j'aime pouvoir rester dans l'anonymat et sortir seule dans le calme de la nuit après une séance de pratique.

Il existe plusieurs formules de cours dans chaque école de yoga. Pour ma part, j'ai suivi une classe de débutant-es pendant un certain nombre de cours. Chacun-e est libre de progresser à son rythme et de choisir le niveau qui lui convient.

Selon mon instructrice, il y a des gens qui restent dans la classe des débutant-es pendant des années. Je tente moi-même d'aller dans le sens de mes préférences plutôt que de suivre un régime établi à l'avance.


Les instructeurs et instructrices

Tout comme il existe un éventail de styles et de cours, il y a aussi différents types d'instructeurs et instructrices. Les meilleurs d'entre eux respectent le rythme des participant-es, créent un environnement non compétitif et font preuve de délicatesse en donnant des conseils.

Le cours auquel j'assiste est mixte mais il n'y a que très peu d'hommes parmi nous. Tous les instructeurs et instructrices offrent de suggestions à l'intention des femmes qui ont leurs menstruations ou qui sont enceintes, ainsi que pour ceux et celles qui souffrent d'un problème particulier (comme par exemple un genou fragile ou un mal de cou).

L'essentiel, c'est d'écouter la voix intérieure qui m'indique à quel moment il faut mettre fin à une pose et de travailler à mon propre rythme.


Le yoga dans ma vie quotidienne

L'absence de jugement et l'approche modérée du yoga me plaisent. Au moment où je me suis inscrite au premier cours, j'étais mal à l'aise dans mon corps transformé par les grossesses. J'en suis venue à mieux accepter l'image que je projette; je crois que cela est dû en partie à l'amélioration de ma posture et au fait que mon corps est capable de faire des exercices variés et surprenants.

Auparavant, mon corps me semblait être un contenant qu'il fallait nourrir; il m'apparaît désormais comme la maison que j'habite. J'ai perdu du poids au cours de la dernière année parce que je suis enfin parvenue à éprouver du respect envers lui. Je ne l'alimente plus n'importe comment, je lui donne juste ce dont il a besoin, comme dans mes cours de yoga: ralentir, accélérer, arrêter. Je mange lorsque j'ai faim et je cesse lorsque je suis rassasiée.

Tout ceci peut paraître simple, mais le fait de savoir que je peux exercer un contrôle sur mon alimentation est d'une importance capitale à mes yeux.

La pratique du yoga est méditative, et cela m'a grandement aidée à ralentir mon rythme de vie. Je suis moins agitée qu'avant, j'éprouve moins d'ennui; j'arrive à rester assise pendant de longues périodes, simplement pour réfléchir. J'aime l'aspect répétitif des cours et le rituel du studio: j'enlève mes bottes, signe le registre, accroche mon manteau et reste assise en silence sur mon tapis pendant quelques minutes en attendant que le cours commence.

La répétition des gestes est réconfortante, elle permet à mon esprit de se calmer et de se préparer à la pratique. J'observe chez moi des changements subtils: mon conjoint m'a fait remarquer que je suis moins soupe au lait qu'autrefois, même si je continue à être une personne vive. Mon rapport avec mes enfants a également changé et j'essaie de rester calme lorsqu'ils sont particulièrement turbulents.


La paix du ohm

À la fin de chaque cours, tous les adeptes font un exercice qui s'appelle le savasana. Celui-ci sert à conclure une séance de yoga et à intégrer toutes les poses qui ont été pratiquées pendant le cours. L'instructrice baisse la lumière et fait jouer une musique douce; nous restons étendus sur nos tapis, sous une couverture, pendant dix ou quinze minutes. Ce sont là les moments les plus paisibles de mon existence.

Je peux vider mon esprit de toute pensée; je me sens légère et libre.

Le yoga n'est pas une pratique qui convient à tout le monde mais en ce qui me concerne, il m'a aidée à prendre ma santé en main et à respecter enfin la lumière divine qui est en moi. Celle-ci est présente en chacun de nous; il s'agit d'apprendre comment la trouver.

Sue Robins habite Winnipeg; elle est mère de famille, rédactrice pigiste et une enthousiaste du yoga.




Ouvrages à propos du yoga

Yoga Journal

How to Know God - Swami Prabhavananda et Christopher Isherwood

The Essence of Yoga - Bernard Bouanchaud

Yoga for Dummies (ne laissez pas le titre vous décourager) - Georg Fenerstein et Larry Payne










Sites Web (en anglais)

www.kripalu.org
www.yogacircle.com
www.yogajournal.com
www.spiritweb.org/Spirit/yoga.html
www.yogaclass.com
www.yogaville.org








Styles de yoga courants

Ananda : fait appel à l'énergie en soi afin d'harmoniser le corps, l'esprit et les émotions, et surtout, de s'ouvrir à d'autres niveaux de conscience


Ashtanga : le yoga de la force se fonde sur des exercices physiquement exigeants

Bikram : pratique du yoga dans des conditions de chaleur extrême

Iyengar : insiste sur la précision et le perfectionnement des techniques

Kripalu : le yoga de la conscience met l'accent sur le respect de la sagesse du corps

Sivananda : se pratique selon une formule établie qui regroupe des exercices de respiration et de relaxation ainsi que des poses classiques

Viniyoga : on accorde beaucoup d'importance à la respiration et à la coordination entre mouvement et respiration