Barbie à l'atelier de misère

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable


Actualités

Si vous pensiez qu'on en avait déjà assez dit au sujet de Barbie, détrompez-vous. Le Maquila Solidarity Network demande aux gens d'écrire à Mattel, la compagnie qui fabrique les poupées Barbie, afin de l'exhorter à appliquer son propre code de conduite pour éviter que les poupées Barbie naissent dans des ateliers de misère.

Le Réseau affirme que même si Mattel possède un code de conduite, la compagnie "accorde des droits aux travailleurs et aux travailleuses seulement sur papier, et non dans l'atelier". Le Réseau dit également que Mattel paye des salaires aussi bas que 3$ (US) par jour, impose des règles d'atelier très sévères et des amendes arbitraires, oblige ses employé-es à travailler jusqu'à 11 heures par jour, six jours par semaine, en les obligeant à respecter des quotas très élevés sans rémunération d'heures supplémentaires, et ce dans des locaux où il règne une chaleur étouffante.

Pour plus de renseignements au sujet de la campagne :
The Maquila Solidarity Network
606 rue Shaw, Toronto ON M6G 3L6
Tél. : (416) 532-8584
Téléc. : (416) 532-7688
Courriel : perg@web.net
www.maquilasolidarity.org










Un livre révèle que la médecine payante coûte plus cher

Clear Answers: The Economics & Politics of For-Profit Medicine est un nouveau livre de Kevin Taft et Gillian Steward sur la rentabilité de la médecine payante. Les auteurs y résument l'énorme quantité de données indiquant que la médecine payante coûte plus cher et est moins efficace.

Clear Answers démontre que les expert-es ne sont pas divisés sur la réponse à donner à la question suivante posée par le gouvernement de Ralph Klein en Alberta: est-il possible de mieux dispenser les soins de santé si on décide d'en offrir une partie à titre de produit privé à but lucratif plutôt que sous la forme d'un service public sans but lucratif?

La réponse paraît simple. Par exemple, le New England Journal of Medicine affirme carrément qu'après des décennies de recherche, "aucune étude revue par les pairs n'a constaté que les hôpitaux à but lucratif coûtent moins cher."

Il est évident que notre système de santé a besoin d'aide mais, dans Clear Answers, Kevin Taft et Gillian Steward démontrent, en s'appuyant sur des données écrasantes, qu'adopter la médecine payante comme solution aura seulement pour effet d'augmenter les coûts et d'allonger les listes d'attente. La population du Canada et ses gouvernements doivent choisir clairement entre le profit privé et l'intérêt public.

Clear Answers: The Economics and Politics of For-Profit Medicine
Kevin Taft et Gillian Steward
Publié par The University of Alberta Press, Duval House Publishing, Parkland Institute
ISBN 1-55220-083-3
128 pages 9,95 $








La Rencontre internationale sur les femmes et la santé

La neuvième Rencontre internationale sur les femmes et la santé (RIFS), qui aura lieu à Toronto en août 2001, réunira des femmes de tous les pays. Entre autres, elles exploreront les liens entre la santé des femmes et la mondialisation, la pauvreté, la violence, le militarisme et la diversité. Cette rencontre, dont la première édition a eu lieu en 1975, sera encore une fois "l'occasion d'approfondir nos analyses et de définir des stratégies politiques concernant des réalités bien précises quant à la santé des femmes."

Renseignements complémentaires :
Secrétariat national de la 9e RIFS
366, rue Adelaide Ouest, bureau 706, Toronto (Ontario) M5V 1R9
Tél. : (416) 971-6333
Téléc. : (416) 971-5899
www.iwhm-rifs.org









Ottawa promet l'accès à Internet, mais livre-t-il la marchandise ?

Avez-vous songé à demander au gouvernement fédéral de financer votre projet de connexion Internet? Dans le cadre de la campagne Internet des femmes, Womenspace cherche à savoir si les groupes et les organismes de femmes obtiennent ou non des fonds des différents programmes fédéraux visant à brancher les groupes sans but lucratif à Internet. Si votre groupe a déjà fait une demande de financement pour se brancher à l'autoroute de l'information ou songe à le faire, faites en part aux organisatrices de la campagne. On vous posera trois questions.

Renseignements : Womenspace
C.P. 1034, Almonte ON K0A 1P0
Tél. : (613) 256-5682
Téléc. : (613) 256-5202
Courriel : diamond@womenspace.ca
www.womenspace.ca









Étude sur le commerce du sexe

Le Prostitutes Empowerment, Education and Resource Society (PEERS) a entrepris un nouveau projet de recherche dans le but de réunir des données sur les effets du travail du sexe sur la santé. L'étude de PEERS examinera les tendances à l'enfance et les méthodes sanitaires des personnes qui vivent du sexe afin de recommander des politiques destinées à améliorer leur santé.

PEERS axera sa recherche sur les personnes qui vivent du sexe en sollicitant des clients ailleurs que dans la rue, c'est-à-dire à la maison, dans des agences d'escorte, par téléphone, dans des salons de massage, des hôtels et l'Internet. On espère ainsi leur permettre de promouvoir une meilleure santé dans leur collectivité.

Établi en 1996, PEERS est formé d'un groupe de personnes qui vivent et qui ont déjà vécu du sexe. Le groupe veut exercer des pressions, dispenser de la formation, et conseiller les personnes qui veulent quitter le métier. PEERS fait également de l'action sociale dans la rue et conseille les personnes qui vivent du sexe et dont la sécurité et la santé sont menacées par leurs conditions de travail.

Trois personnes qui ont déjà vécu du métier ont été engagées pour établir une liste de 100 personnes à interviewer dans le cadre de cette étude financée par le B.C. Health Research Foundation et menée sous la direction de Cecilia Benoit, Ph.D, Sociologie, Université de Victoria.

Renseignements :
Tél. : (250) 388-6506
Courriel : health@pacificcoast.net
ou
PEERS Health Research Project
620 rue View, bureau 320, Victoria B.C. V8W 1J6









Feu vert au Plan B

Au Canada, on peut dorénavant se procurer une nouvelle version de la "pilule du lendemain". Le médicament Plan B, un contraceptif d'urgence que l'on peut prendre après des rapports sexuels sans protection, ne renferme qu'une version synthétique de la progestérone, cette hormone qui entre, depuis des années, dans la composition des pilules contraceptives. Selon certaines études, ce nouveau médicament provoquerait moins d'effets secondaires que les autres pilules du lendemain déjà sur le marché au Canada. Le Plan B doit être prescrit par un médecin.




La pièce Singing in the Bones

Du 17 au 30 avril 2000, Toronto sera l'hôte d'une pièce controversée sur l'accouchement, les sages-femmes et la médecine moderne. L'action se déroule en Colombie-Britannique avant la réglementation et la légalisation de la profession de sage-femme et raconte l'histoire de trois femmes - une sage-femme, une obstétricienne et une femme qui attend des jumeaux et veut accoucher naturellement. La pièce de Caitlin Hicks est une "odyssée spirituelle et psychologique peuplée de rêves".

Renseignements complémentaires :
La Company of Sirens
Tél. : (416) 537-9392
Téléc. : (416) 537-9633
Courriel : cgrant@oise.utoronto.ca










L'ONU appuie l'allaitement naturel exclusif par les mères VIH séropositives

Les organismes des Nations Unies appuient maintenant "l'allaitement naturel exclusif" par les mères VIH séropositives. L'ONU change ainsi sa position puisqu'elle était auparavant entièrement contre l'allaitement naturel par les mères VIH séropositives.

UNAIDS, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'UNICEF ont décidé de changer leur politique à la suite des résultats d'une étude menée il y a quelque temps en Afrique du Sud. L'étude Durban, dont faisait état le Lancet dans son édition du 7 août 1999, a révélé que "l'allaitement naturel exclusif", ce qui signifie que le bébé ne boit rien d'autre que le lait de sa mère au cours des premiers mois de sa vie, réduit le risque de transmission du VIH de la mère à l'enfant. Les auteurs de l'étude affirment que l'avis général selon lequel la transmission du VIH s'effectue par l'entremise du lait maternel est fondé sur une "analyse erronée".

Les études effectuées auparavant ne tenaient pas compte des effets des différents types de pratiques d'allaitement naturel. Les bébés qui ont reçu un "allaitement naturel mixte" avec ou sans eau et avec d'autres fluides et aliments qui pourraient contaminer et blesser le tube digestif immature sont plus à risque de contacter le VIH par rapport aux bébés qui ont reçu un allaitement maternel exclusif au cours des premiers mois de leur vie.

Source : The Times of India News Service




Justice réparatrice pour les femmes?

Restorative Justice: Is it justice for battered women? Il s'agit d'une conférence sur le bien-fondé de la justice réparatrice pour les femmes battues, organisée par le Provincial Association of Transition Houses of Saskatchewan (PATHS), et qui se déroulera à Saskatoon les 14 et 15 avril 2000. On y examinera si le recours à la justice réparatrice dans les cas de violence envers les femmes chez elles aiderait l'élimination de la violence systémique envers les femmes ou aurait simplement pour effet de revictimiser les femmes et de perpétuer la violence sous une autre forme.

Les ministères de la Justice de certaines provinces sont déjà en faveur du recours à des stratégies de justice réparatrice dans certains cas de violence domestique.

Pour plus de renseignements :
PATHS (Provincial Association of Transition Houses of Saskatchewan)
418 - 230 Avenue R South, Saskatoon SK S7M 2Z1
Tél. : (306) 978-6654
Téléc. : (306) 978-6614
Courriel : paths@sk.sympatico.ca
www.hotpeachpages.org/paths