Les femmes atteintes du CANCER DU SEIN ... reléguées aux confins du système de santé

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Les femmes atteintes de cancer du sein veulent prendre pleinement part aux décisions qui concernent les soins et le traitement qu'elles recevront. Voilà la conclusion à laquelle mène une étude réalisée à Winnipeg de 1992 à 1994 auprès des femmes manitobaines. Cette étude révèle que 58 pourcent des femmes souffrant de cancer du sein se sentent exclues des décisions cruciales qui sont prises au sujet de leur traitement et que les deux tiers d'entre elles souhaiteraient jouer un rôle actif dans la prise de décision ou y collaborer étroitement.

Les chercheuses Leslie Degner et Linda Kristjanson, de Winnipeg, ainsi que leurs collègues, ont mené une enquête auprès de plus de 1,000 femmes durant une étude qui s'est étalée sur une période de deux ans. Ce nombre représente 25 pourcent de toutes les femmes manitobaines ayant le cancer du sein. Ces dernières ont reçu des soins dans quatre cliniques de cancer de la province : au Health Sciences Centre, à l'Hôpital Général de Saint-Boniface, à l'Hôpital Victoria, de même qu'à l'Hôpital Grace.

L'étude met en lumière les écarts frappants qui existent entre le rôle que les femmes voudraient assumer dans le processus de prise de décisions, et celui qui leur est effectivement accordé. Elle démontre également à quel point les femmes ont soif d'information concernant l'évolution de la maladie et les chances de guérison, peu importe l'âge ou le niveau d'éducation. Le document prône la nécessité de changements systématiques dans la façon dont les fournisseurs de soins de santé communiquent avec les patientes atteintes de cancer du sein, et identifie les questions auxquelles il est nécessaire de s'attaquer.

Ces résultats ont été publiés dans le Journal of the American Medical Association, Vol. 277, no. 18, 14 mai 1997.