Une politique filtrée : les femmes et le tabagisme au Canada

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

par Lorraine Greaves, PhD, et Victoria J. Barr, M.H.Sc.

Une collaboration du Centre d'excellence pour la santé des femmes - région de la Colombie-Britannique, du Groupe de travail sur les femmes et le tabagisme et du Bureau pour la santé des femmes (Santé Canada)

Voir la table des matière en format pdf (1.8 MB)
Voir cette publication en format pdf (337k)

 

Les faits, à l'aube du 21e siècle...

  • Les maladies reliées au tabagisme demeurent celles qui tuent le plus de Canadiennes. Au Canada, le tabagisme est la première cause évitable de décès et de maladie. Au moins la moitié des fumeuses mourront des suites du tabagisme.
  • Chez les femmes, le cancer du poumon, maladie reliée au tabagisme, a devancé le cancer du sein comme principale cause de décès relié au cancer.
  • Fumer fait doubler le risque de maladie cardiovasculaire, la principale cause de décès chez les femmes.
  • Les femmes sont autant, sinon plus, touchées par les effets du tabac que les hommes.
  • En raison des lacunes de la recherche biomédicale, on ne connaît toujours pas exactement les effets du tabagisme chez les femmes.

Le message d'Une politique filtrée est clair: il faut mener plus de recherches biomédicales axées sur la différence entre les sexes et les effets du tabagisme chez les jeunes filles et les femmes. Les femmes ressentent des effets différentiels et particuliers reliés à la nicotine qui contribuent à diverses maladies et, souvent, au décès prématuré.

En ce qui concerne la nouvelle approche, de telles recherches donneront forme à une politique globale sur le tabac. On doit examiner en profondeur les approches traditionnelles et globales pour en faire ressortir les meilleurs éléments qui seront utilisés pour l'élaboration d'une nouvelle politique destinée aux jeunes filles et aux femmes.

Peut-être qu'une taxation plus élevée pourrait être associée à des programmes et à du matériel gratuits de renoncement au tabac? Peut-être que la taxe sur les cigarettes, au Canada, devrait être affectée aux programmes qui visent à diminuer les iniquités en matière de santé chez les femmes et les personnes à faible revenu?

Il est inacceptable, et inefficace, de simplement demander aux fumeuses de cesser de fumer s'il n'existe aucune possibilité d'échange ou de soutien social adéquat. Le partage des responsabilités en matière de tabagisme est aussi un partage des responsabilités en matière de santé. Une politique sur le tabac qui est générale et uniforme n'est plus pertinente. D'ailleurs, les jeunes filles, les femmes, les Autochtones et les personnes à faible revenu n'y réagissent pas.

Une politique filtrée recommande, à l'aide d'éléments clés, une nouvelle approche en matière de politique sur le tabac qui, compte tenu des faits graves sur les femmes et le tabagisme au Canada, arrive à point nommé...

Les tendances annoncent un avenir sombre pour les femmes et le tabac. Et, ce qui semble représenter une tendance continue, le taux de tabagisme des adolescentes égale celui des adolescents. Cette situation des jeunes filles, des femmes et du tabagisme au Canada est inquiétante, alarmante même. Nous avons besoin d'une nouvelle approche. Une politique sur le tabac peut avoir d'importantes incidences sur le tabagisme.

Une politique filtrée révèle la nécessité de procéder à une analyse comparative entre les sexes de la politique sur le tabac qui soit cohérente et d'établir une politique axée sur les femmes. Une politique filtrée recommande d'apporter des modifications à l'élaboration et au fonctionnement des politiques sur le tabac.

 

L'ancienne méthode
Lutte contre le tabagisme et réglementation

L'objectif premier de la traditionnelle lutte contre le tabagisme est la réduction ou l'élimination du tabagisme dans toute la population. La portée de ses objectifs, larges et directs, est générale, ou ne distingue pas les sexes. Elle mise sur la taxation, la réglementation, la promotion de la santé, la prévention et le renoncement.

Ces efforts profitent aux femmes en faisant diminuer le tabagisme en général et en réduisant l'exposition au tabagisme. Cependant, une analyse comparative entre les sexes met en évidence d'autres éléments reliés aux femmes. Certains facteurs clés, comme les responsabilités familiales, un revenu adéquat et la nature du travail des femmes, font en sorte que les femmes subissent différemment les répercussions des politiques générales sur le tabac.

Les mises en garde sur les paquets de cigarettes, par exemple, servent à transmettre aux fumeurs de l'information sur les effets du tabagisme. Des messages comme "La fumée du tabac peut nuire à vos enfants" et "Fumer durant la grossesse peut nuire à votre bébé", bien qu'informatifs, ont une portée encore plus émotive pour les femmes.

Ce sont les mères, et non les pères, qui passent la plupart de leur temps à la maison avec les enfants. Les femmes enceintes doivent faire face à un grand dilemme concernant les effets du tabagisme sur le foetus.

Ces messages présentent le renoncement au tabac comme un geste à poser dans l'intérêt des autres plutôt que dans celui des femmes elles-mêmes. Les femmes sont réduites à un rôle de pourvoyeuse de soins ou de réceptacle. Ces messages déclenchent un sentiment de culpabilité, qui peut faire augmenter le stress.

Les mises en garde devraient plutôt utiliser une approche plus holistique, encourageante et non accusatrice. Les mises en garde destinées aux femmes devraient aborder la signification qu'a la cigarette pour elles et les déterminants sociaux qui influent sur le tabagisme.

Les messages visant à réduire l'exposition des enfants à la fumée ambiante touchent surtout les femmes. Parmi les enfants de moins de 12 ans, l'exposition à ce type de fumée est plus importante dans les familles défavorisées, dont nombre sont monoparentales et dirigées par une femme.

Les stratégies de promotion de la santé traditionnelles incitant les parents fumeurs à cesser de fumer ne tiennent souvent pas compte des facteurs de classe sociale et de sexe qui contribuent à la perpétuation du problème. On accuse les parents, surtout les mères, ce qui va à l'encontre de l'objectif de réduire le tabagisme. Dans certains cas, le tabagisme des femmes en présence d'enfants est devenu une question de garde, de négligence et d'abus.

La taxation visant à faire augmenter le prix des cigarettes peut être perçue comme une mesure progressive ou régressive. Du point de la population en général, une augmentation des prix fait diminuer le tabagisme. En examinant de plus près les sous-groupes, comme les femmes à faible revenu, on constate que l'augmentation du prix des cigarettes entraîne des difficultés financières, qui se manifestent parfois par une diminution des dépenses allouées à l'alimentation. Comment cela touche-t-il la santé nutritionnelle des femmes et des enfants?

Ces exemples illustrent comment la lutte contre le tabagisme sans distinction entre les sexes ne tient pas compte des causes et des conséquences différentielles reliées au tabagisme chez les femmes.

 

La nouvelle méthode
Une approche stratégique globale et intégrée

L'objectif premier de cette approche est la réduction des iniquités en matière de santé. En contrepartie, cela contribuera à la diminution du tabagisme. Cette approche est axée sur l'intégration de la politique sur le tabac aux politiques sociales et économiques qui profitent à la santé et à la situation socioéconomique globales des femmes, plutôt que de miser seulement sur la diminution du tabagisme et des maladies qui y sont reliées.

Pour qu'une politique axée sur les femmes voit le jour, celles-ci doivent y participer en tant qu'expertes sur leur vie. Les femmes contribueraient à l'élaboration de politiques. Une politique axée sur les femmes tiendrait compte du contexte social associé au tabagisme chez les femmes et de tous les obstacles à une bonne santé. Elle compenserait les conséquences involontaires des mesures de lutte contre le tabagisme. La politique sur le tabac serait intégrée aux politiques sur le chômage, la faiblesse du revenu, la famille monoparentale, le logement, la faible scolarité, la violence familiale, etc. Ce n'est qu'à cette condition que les politiques traduiront les changements systémiques nécessaires pour influer sur le tabagisme et le renoncement au tabac chez les femmes et exercer l'effet désiré sur le tabagisme chez les femmes et les jeunes filles.

Pour que les femmes défavorisées prennent leur vie en main grâce au renoncement au tabac, il est nécessaire d'adopter des stratégies globales qui touchent non seulement le tabagisme, mais aussi la variété de circonstances qui y contribuent. Une politique filtrée signale que, compte tenu de l'augmentation du nombre de jeunes fumeuses et des données sur la faiblesse du revenu (les femmes francophones et autochtones fumant plus que les autres femmes de la population générale), le besoin de mener plus de recherches axées sur le rôle du tabagisme dans la vie des femmes se fait criant.

Le partage des responsabilités en matière de tabagisme est aussi un partage des responsabilités en matière de santé.

Une politique axée sur les femmes tiendrait compte du contexte social entourant le tabagisme chez les femmes et de tous les obstacles à une bonne santé.

Les stratégies de promotion de la santé traditionnelles incitant les parents fumeurs à cesser de fumer ne tiennent souvent pas compte des facteurs de classe sociale et de sexe qui contribuent à la perpétuation du problème.

 

Ressources Internet

Il n'y a pas de fumée sans feu...
Groupe de travail sur les femmes et le tabagisme

Ressources pour les femmes
Réduction du tabagisme - Santé Canada

La fumée secondaire et la grossesse
Centre national de documentation sur la tabac et le santé

Le tabagisme au féminin

Les femmes et la cigarette
Direction de la santé publique de Montréal-Centre