L’environnement se décide aussi au féminin !

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Par Caroline Voyer

Du Réseau québécois des femmes en environnement

 

La majorité des diplômés universitaires en environnement sont des femmes, et ce depuis des années. Pourtant, la tendance s’inverse si on considère le sexe des personnes qui occupent des postes décisionnels dans le domaine! Le Réseau québécois des femmes en environnement (RQFE), bien au fait de cette situation, s’est interrogé et a décidé d’agir afin de favoriser l’accès des femmes aux postes décisionnels. Depuis sa création en 1999, le RQFE s’est efforcé de faire entendre la voix des femmes de toutes origines et de leur offrir un soutien au cours de leur carrière. Avec le projet Les femmes investissent les postes décisionnels en environnement mené en 2004 et par la suite le projet L’environnement se décide aussi au féminin en cours depuis 2005, le RQFE a rencontré des femmes en postes décisionnels et tenté de cerner les leviers pouvant soutenir les femmes qui souhaitent accéder à ces postes.

 

Plusieurs des femmes interviewées ont dit avoir besoin de certains outils pour les assister dans leur progression. « J’aimerais bénéficier des conseils d’une femme qui a de l’expérience », rapporte une des participantes. « Je voudrais améliorer mon leadership et acquérir de nouvelles connaissances », affirme une autre.

 

Parfois, leur formation professionnelle ne suffit pas. Ce n’est pas toujours facile de construire un argumentaire solide, de prendre la parole, d’élaborer des stratégies d’action ou d’établir un réseau de contacts, sans parler de la conciliation travail/famille! Le RQFE a créé un comité consultatif afin de proposer des solutions concrètes aux femmes qui souhaitent accéder à des postes décisionnels.

 

La création d’outils

Des formations à la carte ont été offertes, notamment sur la prise de parole en public, l’animation de réunions efficaces, le réseautage et les différents types de leadership. Certaines participantes ont choisi de suivre toutes les formations. Un programme de mentorat a aussi été mis sur pied, avec pour objectif de briser l’isolement professionnel en jumelant des femmes dotées d’une solide expérience en postes décisionnels à d’autres qui sont en début ou à un tournant de carrière. Des rencontres ont été organisées en grand groupe et des dyades mentore-mentorée ont été créées. Dans le cadre de ces dernières, les équipes étaient invitées à se rencontrer ou à échanger par courriel ou téléphone aussi souvent que nécessaire.

 

Quelques-unes des participantes ont accédé à des postes décisionnels pendant la durée du programme de mentorat, atteignant ainsi leur but. L’une d’elles, timide et réservée, a même accédé à la présidence d’un conseil d’administration. Le programme semble avoir permis aux participantes d’acquérir une confiance en soi.

 

Quelques pistes de solutions

Le RQFE poursuit plusieurs pistes, notamment la sensibilisation des entreprises et des organismes du milieu environnemental, l’importance de la représentativité dans les instances décisionnelles, la valorisation les femmes en poste décisionnel et la création d’occasions de réseautage et d’échanges. Des activités de réseautage sont donc régulièrement organisées et notre bulletin mensuel souligne les réalisations importantes des femmes œuvrant dans le milieu. Toutefois, il reste encore beaucoup de travail à faire!

 

Compte tenu des résultats des différentes activités organisées par le RQFE dans le cadre de ses projets et de l’analyse des besoins exprimés par les participantes et des femmes en postes décisionnels, nous constatons que nous devons travailler sur plusieurs fronts. Il nous faut élaborer de nouvelles stratégies afin de permettre aux femmes d’accéder à des postes décisionnels, de faire entendre leurs voix et de leur donner les outils qui leur permettront de prendre des décisions. Cette démarche contribuera à l’intégration de la question de l’environnement, de l’équité et du développement dynamique et créatif, assurant ainsi un avenir durable.

 

Caroline Voyer est la directrice générale du Réseau québécois des femmes en environnement.

 

Pour plus d’information, visitez :

Le site Web du Réseau québécois des femmes en environnement www.rqfe.org

Vous y trouverez quatre dossiers spéciaux consacrés au projet Les femmes investissent les postes décisionnels en environnement. Entrevues avec des femmes d'influence, données statistiques sur la place qu’occupent les femmes en environnement, pistes d'actions pour leur permettre d’accéder à des postes décisionnels dans ce domaine, et plus.