Devrions-nous y penser avant de porter du rose?

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

La plupart d’entre nous savent qu’octobre est le mois de la sensibilisation au cancer du sein. Il est pour ainsi dire impossible de NE PAS voir de rose ces temps-ci. Fait intéressant, la campagne du rose n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était à l’origine, au début des années 1990, lorsque Charlotte Haley a utilisé un ruban de couleur pêche afin de protester contre l’absence flagrante de travaux de recherche sur la prévention du cancer. Le conglomérat de cosmétiques Estée Lauder y a vu une occasion d’affaires et a essayé d’acheter les droits pour pouvoir utiliser le ruban de Charlotte Haley, mais celle-ci a refusé en alléguant qu’elle avait créé le ruban pour inspirer les femmes à devenir actives sur la scène politique, et non pour vendre des produits. La couleur pêche a cédé sa place au rose, et plusieurs milliers de produits roses sont désormais offerts, notamment des menthes, des ballons de football, du parfum, de la vodka et du poulet frit Kentucky. Un soir récemment, Estée Lauder a éclairé la Colline parlementaire d’une lumière rose en vue d’amasser de l’argent pour la recherche sur le cancer du sein à l’occasion de son initiative Global Illuminations, et Laureen Harper, l’épouse de notre premier ministre, agissait à titre d’ambassadrice du ruban rose pour cette entreprise.

À première vue, l’achat de produits roses peut sembler une façon noble de soutenir une bonne cause. Mais un nombre croissant de personnes, y compris les groupes de prévention du cancer, s’inquiète de cette vague rose de marchandise et s’interroge à savoir si l’achat de produits roses fonctionne vraiment. Elles affirment, comme l’a mentionné Action Cancer du Sein de Montréal (ACSM) lors du lancement de sa campagne Alternatives to Pink : « qu’il est temps de ne plus se contenter d’acheter un ruban rose et de prévenir le cancer du sein. »

Certaines critiques avancent que des entreprises commanditaires sont peut-être en train de « diluer le rose » (pinkwashing) – en ayant la prétention de se soucier du cancer du sein, alors que leurs produits arborant des rubans roses, tels que les cosmétiques et le poulet frit, ont possiblement un lien avec les causes du cancer. Elles notent également que les consommateurs devraient se méfier : ce n’est pas la totalité de l’argent dépensé à l’achat de produits roses qui est effectivement remise aux organismes s’occupant de la lutte contre le cancer. Elles invitent les gens à poser des questions cruciales avant d’acheter des produits roses, à savoir à quelle recherche, à quel traitement ou à quelles actions de prévention est destiné l’argent et quels types de produits veulent-ils vraiment financer.

ACSM et d’autres groupes maintiennent que les campagnes roses sont trop axées sur la détection et qu’elles ont abouti à une réduction plutôt minime des décès. Ils soutiennent qu’on devrait mettre davantage l’accent sur la prévention du cancer du sein et que les personnes qui désirent appuyer la recherche auraient avantage à faire des dons directement aux organismes de prévention.

Pour obtenir plus d’information sur les critiques portant sur les campagnes du ruban rose, il suffit de consulter les liens suivants :

 

Nouvelles et commentaires

Les billets verts virent au rose (Action Cancer du Sein de Montréal)

Le cancer du sein est une maladie, non pas une occasion de marketing (PDF) (Le conseil consultatif sur la condition des femmes de Nouveau Brunswick)

Faut-il courir pour le cancer du sein ? Réflexions sur la culture du ruban rose (PDF) (ONCO Magazine)

Le cancer du sein: Une cause rose et sexy (JournalMétro.com)

Le ruban rose – Un concept à repenser (RCSF)

Le corps dépotoir (PDF) (Gazette des femmes)

 

Campagnes

Alternatives to Pink (Action Cancer du Sein de Montréeal)

Réglementation sur l’étiquetage des produits cosmétiques (Action Cancer du Sein de Montréeal)

Take Action! Ask Avon to Sign the Compact for Safe Cosmetics! (FemmeToxic) (en anglais)

Think Before You Pink (Breast Cancer Action San Francisco) (en anglais)

 

Quelques organismes s’occupant de la prévention du cancer du sein

Action Cancer du Sein de Montréal

Prevent Cancer Now (en anglais)

Breast Cancer Action San Francisco (en anglais)

Breast Cancer Fund (en anglais)