Soins de santé pour les femmes des minorités sexuelles et de genre (LGBTTBIQ)

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Que signifie LGBTTBIQ?

LGBTTBIQ est un acronyme courant désignant les personnes ou communautés lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, transgenres, bispirituelles, intersexuées et « queers » ou questionnant. Cet acronyme peut être ou ne pas être utilisé dans une communauté donnée. Par exemple, à certains endroits, l’acronyme LGBTQ (c.-à-d. lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, transsexuelles et queers) est plus fréquent. Nous avons utilisé LGBTTBIQ pour mieux représenter la diversité au sein de ces communautés. (Pour de plus amples informations, visitez Définitions relatives aux LGBTTBIQ.)

Quelles sont les barrières pouvant parfois empêcher les lesbiennes, bisexuelles, transgenres, transsexuelles, bispirituelles, intersexuées, queers ou appartenant à une autre minorité sexuelle ou de genre d'avoir accès à de bons soins de santé?

Il existe plusieurs barrières qui empêchent les femmes LGBTTBIQ d'avoir accès à des services de santé adéquats et qui respectent leurs besoins. Parmi ces barrières :

  • l'homophobie, qui est une peur ou une haine envers les personnes d'orientation homosexuelle, peut se traduire par le refus d'un médecin de donner des soins à une personne LGBTTBIQ;
  • l'hétérosexisme, qui est le fait de prendre pour acquis que tout le monde est d'orientation hétérosexuelle;
  • le genderisme, c’est-à-dire le postulat que tout le monde doit se conformer aux normes de genre de la société et surtout à la structure binaire masculin/féminin. Le genderisme n’inclut pas les personnes intersexuées, transgenres, transsexuelles ou queers* et ne tient pas compte d’elles.
  • une formation insuffisante des professionnelles(els) de la santé sur les besoins en santé des lesbiennes;
  • une mauvaise expérience vécue dans le passé avec un(e) professionnelle(el) de la santé de la santé;
  • la désinformation, c'est-à-dire de fausses idées concernant les problèmes de santé qui peuvent toucher les femmes des minorités sexuelles ou de genre et l'importance des tests de dépistage. Ces fausses idées se retrouvent aussi bien chez les professionnelles(els) de la santé que chez les femmes LGBTTBIQ;
  • en plus de toutes ces barrières qui leur sont particulières, les femmes LGBTTBIQ peuvent également être confrontées à des obstacles supplémentaires, du fait d’autres types de préjugés tels que le racisme et le sexisme ou les préjugés envers les personnes vivant dans la pauvreté ou immigrantes. 

Ces barrières peuvent se traduire par des soins de santé de piètre qualité. Par exemple, une(un) professionnelle(el) de la santé peut proposer divers moyens contraceptifs à une femme LGBTTBIQ qui n'en a pas besoin. Elle(il) peut également penser, à tort, qu'une femme LGBTTBIQ n'a pas besoin de passer régulièrement un test de Pap ou négliger d'autres aspects de sa santé gynécologique et sexuelle.

De plus, pour bien des raisons, les femmes LGBTTBIQ peuvent se sentir mal à l'aise de parler de leur identité de genre ou leur orientation sexuelle et s'inquiéter du fait que la qualité de leurs soins de santé pourrait se détériorer si elles en parlaient. Cela peut aussi les inciter à attendre avant de demander une aide médicale ou à ne pas le faire du tout, ce qui dans certains cas, peut mettre leur vie en danger.

Comment puis-je savoir si une(un) professionnelle(el) de la santé saura m'offrir des soins de santé adéquats?

Voici quelques indices qui peuvent vous informer sur l'ouverture d'une(un) professionnelle(el) de la santé face aux besoins en santé des femmes LGBTTBIQ :

  • Si elle(s’il) utilise un vocabulaire inclusif, c'est-à-dire qu'elle(il) tient compte de l'orientation sexuelle dans ses questions. Si elle(S’il) vous demande : « Êtes-vous active sexuellement? », est-ce qu'elle vous donne le choix de répondre que votre partenaire sexuelle est une femme ? Par exemple: « Est-ce que votre partenaire sexuel est un homme, une femme ou les deux ? ».
  • Si elle(S’il) laisse à la disposition des patientes des brochures ou des ressources sur la santé des femmes LGBTTBIQ.
  • Si elle(S’il) expose dans son cabinet ou dans la salle d'attente des affiches qui tiennent compte de l'orientation sexuelle et de la diversité de genre.
  • Une(un) professionnelle(el) de la santé qui prodigue de bons soins de santé sait vous écouter, respecte ce que vous avez à dire et en tient compte dans l'évaluation de vos besoins. 

Vous êtes la seule à savoir quand et avec qui partager des informations qui concernent votre intimité et votre vie privée.

Je suis une femme LGBTTBIQ et je cherche une(un) professionnelle(el) de la santé. Comment faire ?

  • Demander à une amie LGBTTBIQ le nom d'une(un) professionnelle(el) de la santé qu'elle connaît et avec qui vous pourrez parler ouvertement et en toute confiance.
  • Demander à un organisme qui offre des services aux lesbiennes, bisexuelles, transgenres, intersexuées, bispirituelles et queers de votre région de vous référer à une(un) professionnelle(el) de la santé ou une clinique reconnue pour offrir de bons soins de santé à la communauté LGBTTBIQ. 

N'oubliez pas qu'avoir accès à des soins de santé adéquats, c'est votre droit!

Où puis-je trouver plus d’information ?

Organismes de santé des communautés LGBTTBIQ

Soins de longue durée / Soins à domicile

Santé sexuelle et de la reproduction

Cancer

Pour les professionnelles(els) de la santé

Santé mentale et toxicomanie

Santé des personnes transgenres

Bien qu’elle contienne de l’information médicale, cette fiche ne saurait remplacer l’avis d’un médecin. Si vous avez des interrogations concernant votre santé, il convient de consulter un professionnel de la santé.

Révisé avril 2013.