Diane-35: Reconsidérez les risques

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Publication Date: 
jeu, 2013-08-01

Un mois seulement après la décision rendue par Santé Canada concernant Diane-35, alors que le présent article est prêt à être publié, les pilules contraceptives mentionnées ci-dessus, Yaz et Yasmin, qui servent également à traiter l’acné, font de nouveau la une des journaux, les rapports faisant état d’un nombre de décès de jeunes femmes estimé à 23 au Canada. Cette nouvelle rappelle avec force le danger de prescrire des médicaments puissants ayant des effets nocifs graves, alors qu’il existe des solutions de remplacement viables et sûres.  

Quant à Diane-35, son utilisation à des fins non indiquées sur l’étiquette se poursuit malgré les avertissements de Santé Canada et le fabricant Bayer répond de ses trois produits, en dépit des décès et des poursuites en justice.

Il nous faut changer en profondeur notre réflexion sur la sécurité globale des contraceptifs oraux. Avec des histoires comme celles de Diane-35, Yaz et Yasmin, n’est-il pas grand temps d’en débattre publiquement?

Holly Grigg-Spall est rédactrice et militante pour la santé des femmes. Son livre, Sweetening the Pill or How We Got Hooked on Hormonal Birth Control [Adoucir la pilule ou comment nous sommes devenues accros aux contraceptifs hormonaux], sera publié par Zero Books, le 27 septembre 2013 (www.sweeteningthepill.com).