Comprendre la fibromyalgie

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Publication Date: 
lun, 2013-10-07
  1. Manifestations neurologiques : engourdissement et fourmillements dans les muscles, crampes, faiblesse musculaire, céphalées, faiblesse généralisée, sensibilité à la lumière et au bruit.
  2. Manifestations neurocognitives : atteinte de la concentration et de la consolidation de la mémoire à court terme, ralentissement de la performance, incapacité à effectuer plusieurs tâches simultanément ou surcharge cognitive.
  3. Fatigue : fatigue persistante et réactive accompagnée d’une diminution de l’endurance physique et mentale.
  4. Troubles du sommeil : sommeil non réparateur et possible perturbation de la durée ou du rythme de sommeil, y compris dans la journée; hypersomnie ou insomnie au cours de la nuit.
  5. Manifestations autonomes ou neuroendocriniennes : arythmie cardiaque, vertiges, intolérance au chaud ou au froid, troubles respiratoires, troubles intestinaux et vésicaux, intolérance au stress, affaiblissement des émotions ou dépression réactionnelle.
  6. Raideur : présence fréquente d’une raideur généralisée ou locale qui est maximale au réveil et dure généralement quelques heures. Cette raideur peut survenir de nouveau durant des périodes d’inactivité pendant la journée.

En 2010, l’American College of Rheumatolgy a publié un article proposant de nouveaux critères diagnostiques définis comme « préliminaires », « provisoires » et « de rechange ». Une modification a été publiée en 2011. Selon les critères de 2010-2011, deux scores sont calculés pour établir un diagnostic : l’indice de douleur diffuse, qui permet de mesurer la présence de la douleur en tenant compte de 19 parties du corps, et l’indice de gravité des symptômes, qui sert à évaluer le degré de diminution de l’activité, des troubles du sommeil, des difficultés cognitives et des autres symptômes physiques. La définition proposée en 2010 visait peut-être à susciter le débat, mais ce dernier n’a pas eu lieu au Canada. Elle a donc plutôt entraîné de la confusion quant à la façon dont on devrait définir la maladie.

Les causes de la fibromyalgie

La plupart des résultats de recherche sur la fibromyalgie indiquent un dysfonctionnement du système nerveux central (SNC), lequel comprend le cerveau et la moelle épinière. Pourtant, diverses anomalies semblent se produire dans les tissus mous périphériques (muscles et tissu conjonctif) et dans le système nerveux périphérique qui communique avec le SNC. La plupart des chercheurs pensent que cette interaction dysfonctionnelle entre le SNC et les systèmes périphériques est à l’origine des nombreux symptômes présents dans tout le corps. - Fibromyalgia Network

La fibromyalgie est comprise de diverses manières, notamment comme une maladie rhumatologique, une maladie neurologique et un état de douleur chronique (sans être ramenée à un seul de ces états exclusivement).

En 2012, la Société canadienne de rhumatologie et la Société canadienne de la douleur ont adopté de nouvelles lignes directrices définissant la fibromyalgie comme une maladie « neurophysiologique ». Intitulées Canadian Guidelines for the Diagnosis and Management of Fibromyalgia Syndrome for Adults, ces lignes directrices n’attribuent aucun rôle aux rhumatologues, aux neurologues ou aux spécialistes de la douleur chronique. La responsabilité du traitement de la maladie est assignée aux médecins de famille seulement, ce qui constitue une stratégie irréaliste, étant donné la quantité de recherche et de communication que nécessite la maladie de même que la complexité de certains cas.

Les répercussions de la fibromyalgie

Les données de Statistique Canada nous donnent un aperçu de la compréhension actuelle des répercussions de la fibromyalgie au Canada. L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes est une enquête majeure ayant pour population cible les Canadiennes et Canadiens de 12 ans et plus vivant dans la collectivité (non en institution). En 2001, 2003, 2005 et 2010, on a demandé aux répondants s’ils avaient reçu un diagnostic de fibromyalgie de la part d’un professionnel de la santé.

L’enquête de 2010 a révélé que 439 000 Canadiennes et Canadiens avaient reçu un diagnostic de fibromyalgie, soit environ 1,5 % de la  population cible. Elle a également permis de constater une plus grande prévalence d’autres états de douleurs : 5,5 millions de Canadiennes et Canadiens ont déclaré souffrir de douleurs dorsales et 4,5 millions d’arthrite. Beaucoup d’états bien connus se sont avérés moins courants : 111 500 de Canadiennes et Canadiens ont dit souffrir de la maladie d’Alzheimer, 108 500 de  la sclérose en plaques et 102 500 de la maladie de Crohn. 

Les personnes atteintes de fibromyalgie sont principalement des femmes en âge de travailler. Les femmes représentent en effet 80 % des cas, ce qui fait de la fibromyalgie la maladie à prédominance féminine la plus répandue de toutes celles touchées par l’enquête. Les autres maladies à prédominance féminine étaient les polysensibilités chimiques (72 %), les troubles intestinaux (71 %), les migraines (70 %) et le syndrome de fatigue chronique (66 %). Les maladies à prédominance masculine étaient la cardiopathie (42 % de femmes), le diabète (44 % de femmes) et la maladie d’Alzheimer (48 % de femmes).