Femmes, catastrophes, épidémies et la santé

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Introduction

Quels rapports peut-on établir entre l’inégalité des sexes et la santé des femmes en situation de catastrophe? Pourquoi les femmes sont-elles plus susceptibles, par exemple, d’être victimes de violence après un séisme qu’en temps normal? Pourquoi est-il préférable de distribuer l’aide alimentaire directement aux femmes plutôt qu’aux hommes? Et pourquoi est-il essentiel de prévenir les agressions sexuelles contre les femmes pour lutter contre le VIH/sida? Voilà quelques-unes des questions soulevées par un domaine de recherche en plein essor, autour du thème genre, santé et catastrophes. Ces travaux permettent aux humanitaires et à tous les intervenants d’aider tous les segments d’une population – femmes, hommes, filles et garçons – à survivre à une catastrophe.

Le mot « catastrophe » sert à désigner une multitude d’événements dévastateurs, parmi lesquels les ouragans, les déversements de pétrole et les krachs boursiers. Dans ce dossier, nous nous concentrons sur les catastrophes naturelles, les épidémies, les pandémies et la guerre. Nous traitons également des « dommages collatéraux » qui accompagnent les catastrophes, comme l’augmentation de la violence envers les femmes. Nous nous demandons notamment pourquoi les femmes marginalisées (pauvres, de couleur, autochtones ou handicapées) sont les plus vulnérables lorsque le malheur frappe.

Remarque : On peut aussi considérer la dégradation de l’environnement et les changements climatiques comme des catastrophes; ces sujets sont abordés dans le dossier L'état de l'environnement et les impacts sur la santé des femmes.

Pourquoi tenir compte du genre en situation de catastrophe?

Les rôles sexués ont une incidence fondamentale sur la santé des femmes en situation de catastrophe. Des femmes ont péri pendant un cyclone en attendant que leur mari rentre à la maison et décide de quitter la zone. Des femmes ont souffert de la faim parce que l’aide alimentaire avait été distribuée aux hommes et qu’il est inadmissible pour elles de parler à des hommes qui ne sont pas de la famille. Pendant une catastrophe, les femmes assument la responsabilité des soins encore plus que d’habitude, négligeant leur propre santé et leur bien-être. Ce sont là des réalités dont les secouristes doivent tenir compte.

« Travail caché à la vue de tous » : une analyse des influences du genre et du sexe en matière de catastrophes et de planification des mesures d’urgence
Par Elaine Enarson, de :
Se montrer à la hauteur du défi : l’analyse des influences du genre et du sexe en planification, en élaboration de politiques et en recherche dans le domaine de la santé au Canada, Centre d’excellence de l’Atlantique pour la santé des femmes, 2009, p. 100-107
Études de cas sur les problèmes qui touchent les femmes, les hommes, les garçons et les filles après une catastrophe, qu’elle soit la conséquence d’une urgence environnementale, d’un danger biologique ou d’un risque technologique ou qu’elle soit provoquée délibérément.

Pas seulement des victimes : les femmes en situation d’urgence et lors de désastres
Les femmes et la réforme de la santé
, 2009
Analyse les répercussions des catastrophes et des urgences sur les femmes ainsi que les moyens qu'elles prennent pour s'adapter et s'en remettre.

Femmes, filles, garçons et hommes, des besoins différents, des chances égales : guide pour l’intégration de l’égalité des sexes dans l’action humanitaire
Organisation mondiale de la santé, 2008

Décrit des normes pour l’intégration de la dimension sexospécifique dès le début d’une catastrophe ou d’une situation d’urgence complexe.

Les effets de la « maladie de la vache folle » sur les familles et les collectivités en milieu agricole au Canada
Par Carol Amaratunga, Wilfreda E. Thurston, Sarah Crowe, Madhu Sindhwani et Allison Farber, Le Réseau, volume 10, numéro 1, 2007, p. 24-26

Étude de cas sur les conséquences économiques distinctes que la crainte d’une épizootie peut avoir sur les femmes et sur les hommes.

L’égalité des genres dans la prévention et la gestion des catastrophes : les six principes pour une résilience et une reconstruction collective
Gender and Disaster Network, 2004

Principes d'intervention auprès des femmes s'adressant aux secouristes et aux responsables de la reconstruction après une catastrophe.

Quand survient une catastrophe, quels sont les besoins des femmes? Quel rôle peuvent-elles jouer?

Les femmes ont des besoins de santé particuliers après une catastrophe naturelle, qui ne se limitent pas seulement aux soins génésiques. Par ailleurs, le rôle traditionnel de soignante qu'elles assument dans la société leur confère des forces particulières pouvant s'avérer très utiles pendant les opérations de secours.

Sexe, race, classe et désastre naturel : l'intersection d'un changement social
Observatoire sur le développement régional et l’analyse différenciée selon les sexes, 2010

Examine le rôle que jouent le sexe, le genre, la race et la classe lorsque survient une catastrophe. À titre d’exemple, pourquoi les Afro-américaines étaient-elles plus à risque de périr pendant l’ouragan Katrina que les hommes ou les femmes de race blanche?

Haïti : fournir une aide sensible au genre
Feminist Peace Network, 2010

On explique en quoi, dans le cas du séisme survenu en 2010 en Haïti, les besoins des femmes en matière d’aide, ainsi que leur contribution à l’intervention, se distinguent de celles des hommes.

Katrina à La Nouvelle-Orléans : réflexions sur le genre de la catastrophe
Par Judith Ezekiel, L'Homme et la société, volume 4, numéro 158, 2005, p. 189-200

Réflexion sur les répercussions que des catastrophes comme celle de l’ouragan Katrina ont sur les femmes de couleur vivant dans la pauvreté, le groupe le plus marginalisé de la société.

Pourquoi la violence envers les femmes augmente-t-elle après une catastrophe? Comment peut-on prévenir le phénomène?

La dure réalité, c’est que les femmes sont plus à risque de subir une agression sexuelle et d’autres actes de violence pendant et après une catastrophe qu’en temps normal. Cela est particulièrement vrai pour les femmes déjà victimisées : les femmes démunies, les femmes de couleur et les femmes agressées par leur conjoint.

Intervenir immédiatement pour que cesse la violence basée sur le sexe en Haïti
Observatoire sur le développement régional et l’analyse différenciée selon les sexes, 2010

On rapporte une augmentation du nombre de viols après le séisme en Haïti. La violence continue de s’abattre aujourd’hui sur de nombreuses femmes sans abri ou vivant dans des camps de réfugiés.

Et si les désastres naturels pouvaient briser le cycle de la violence conjugale?
Observatoire sur le développement régional et l’analyse différenciée selon les sexes, 2010

L'histoire des désastres naturels nous apprend que les périodes de crise qui les succèdent ont tendance à exacerber les inégalités ultérieures entre les sexes, en plus de faire apparaître de nouvelles problématiques.

Les Nations unies revoient à la hausse le nombre de victimes lors du séisme d’Haïti le 12 janvier
Radio-Canada, 2010

Reportage sur un refuge pour femmes au sein d’un camp de réfugiés, destiné à protéger celles-ci de la violence, dont on constate une recrudescence après le séisme en Haïti.

Directives en vue d’interventions contre la violence basée sur le sexe dans les situations de crise humanitaire
Comité permanent interorganisations
, 2005
Explique les moyens à prendre pour prévenir une escalade de la violence sexuelle envers les femmes et les filles en temps de guerre et comment y réagir.

Gestion clinique des victimes de viol
Organisation mondiale de la santé, 2005

Développement de protocoles à adopter avec les réfugiés et les personnes déplacées dans leur propre pays.

En quoi les femmes et les hommes sont-ils touchés différemment par les épidémies?

La recherche montre que les épidémies n’ont pas les mêmes répercussions pour les femmes que pour les hommes. Plutôt qu’à des différences d’ordre biologique, cette situation est attribuable en grande partie aux rôles sexospécifiques. En effet, les femmes sont plus exposées aux infections que les hommes, car elles forment la majorité des personnes qui prodiguent des soins à la maison et dans les établissements de santé. De plus, les épidémies ont des conséquences plus désastreuses sur les femmes enceintes que sur les hommes. Enfin, le facteur biologique intervient dans le cas des maladies transmissibles sexuellement comme le VIH/sida, l’organisme de la femme étant plus vulnérable à l’infection que celui de l’homme.

Grippe et syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)

Plus de risques pour les femmes enceintes
Radio Canada, 2009

Selon une étude américaine des Centres de contrôle et de prévention des maladies, les femmes enceintes porteuses du virus H1N1 présenteraient quatre fois plus de risques de souffrir de complications que le reste de la population.

VIH/SIDA

Plan intégral d’action sur les femmes et les filles et le VIH : manifeste 2010
Le plan intégral d’action en faveur des femmes et des filles et de la lutte contre le VIH/SIDA, 2010

Stratégie exhaustive de lutte contre l’épidémie de VIH/sida chez les femmes du monde entier.

Accoucher d’une politique sur le VIH/sida fondée sur le genre
Par Barbara Clow, de :
Se montrer à la hauteur du défi : l’analyse des influences du genre et du sexe en planification, en élaboration de politiques et en recherche dans le domaine de la santé au Canada, Centre d’excellence de l’Atlantique pour la santé des femmes, 2009, p. 156- 161
Selon l’auteure, l’approche axée sur la population adoptée par le Canada en matière de prévention du VIH/sida n’a pas réussi à endiguer la pandémie parce qu’elle ne tient pas compte du rôle du genre. Elle présente les éléments d’une stratégie nationale cohérente de lutte contre le VIH/sida dans la population féminine.

Violence exercée par le partenaire et VIH/SIDA
Organisation mondiale de la santé et Coalition mondiale sur les femmes et le SIDA, 2004

Analyse le lien indéniable entre la violence faite aux femmes et la propagation du VIH/sida.

Pendant une épidémie, quels sont les besoins des prestataires de soins (des femmes en majorité)?

Dans la plupart des cultures, ce sont les femmes qui assument la plupart du temps le rôle de prestataire de soins, tant sur le plan professionnel que privé. Elles sont donc particulièrement à risque pendant une épidémie. Les ressources ci-dessous examinent cette question à la lumière du SRAS, une maladie qui a eu des répercussions importantes au Canada en 2003.

Appui au personnel infirmier dans les cas d’urgence en santé publique : améliorer les possibilités d’offrir des mécanismes de soutien fondés sur les rapports entre les sexes dans le contexte de la planification des mesures d’urgence
Par Carol Amaratunga et d'autres,
Les Réseaux canadiens de recherche en politiques, 2008
Présente les conclusions d’un projet de recherche sur les moyens d’action à préconiser pendant une crise de santé publique, notamment l’amélioration du soutien donné au personnel infirmier.

Quelles sont les répercussions de la guerre sur la santé des femmes?

Les femmes et les filles représentent 65 % des personnes déplacées par la guerre. Leurs besoins en matière de santé sont nombreux : ils vont de la santé maternelle et génésique à la nécessité d’être protégées de la violence souvent utilisée comme arme de guerre par les belligérants.

Le décompte des 100 000 victimes civiles tuées en Irak
Centpapiers, 14 mars, 2011
Discute le « Décompte des corps en Irak » un projet non gouvernemental britannique dont les auteurs ont colligé les rapports médiatiques et officiels, ainsi que les témoignages d’informateurs identifiant les victimes civiles tuées entre mars 2003 et mars 2008. Montre un haut risque de femmes et d'enfants est tué des méthodes comme le bombardement sans discernement du feu d'air ou mortier, avec le risque qui culmine pendant la période d'invasion de Coalition.

« Parce que je suis une fille » : la situation des filles dans le monde 2008 – le point sur les filles dans l’ombre de la guerre
Par Nikki van der Gaag, Plan International, 2008

Rapport sur la double discrimination, fondée sur le sexe et l’âge, dont les filles sont victimes et de ses répercussions sur celles-ci en temps de guerre.

Vidéo de l’UNFPA : femmes, guerre, santé
Fonds des Nations unies pour les populations, 2003

Vidéo de trois minutes traitant des besoins particuliers des femmes et des filles (qui forment 65 % des personnes déplacées par la guerre) en matière sanitaire, dont la santé maternelle et la protection contre la violence. (Offert en neuf langues.)