La mort aime la ménopause?

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Publication Date: 
lun, 2012-12-17

Elle cite un article publié en 2011 dans le British Medical Journal intitulé « Ageing, menopause, and ischaemic heart disease mortality in England, Wales, and the United States » qui concluait que le vieillissement, plutôt que la ménopause, était l’élément clé : « La mortalité par maladie cardiovasculaire chez les femmes augmente de manière exponentielle à tous les âges, sans augmentation particulière aux âges de la ménopause. »

Tactiques alarmistes

Paula Derry affirme : « Si je choisissais de faire un don à un organisme, je n’opterais pas pour un organisme qui tente de me faire peur en utilisant des faits qui sont à ma connaissance inexacts. » En mars dernier, la American Heart Association a publié un document intitulé Effectiveness-based Guidelines for the Prevention of Cardiovascular Disease in Women – 2011 Update. Ces lignes directrices présentent une longue liste de facteurs de risque comme l’obésité, une mauvaise alimentation, l’inactivité physique, un taux élevé de cholestérol, l’hypertension et le diabète. La ménopause ne fait pas partie de cette liste.

La Fondation des maladies du cœur du Canada doit « prendre conscience » de ce qui est vrai concernant les maladies du cœur et la ménopause.

Laura Wershler écrit sur les questions de sexualité, de reproduction et de santé des femmes. Elle écrit régulièrement dans re: Cycling, le blogue de la Society for Menstrual Cycle Research. Une version abrégée de ce commentaire est d’abord parue dans re: cycling le 8 février 2012.

Cet article est reproduit avec la permission de Troy Media.