L'endométriose : diagnostic et traitements

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
  • Comment l'endométriose est-elle diagnostiquée ?
  • Qu'est-ce qu'une laparoscopie ?
  • Quelles sont les phases ?
  • Quels sont les traitements contre l'endométriose ?
  • Où puis-je trouver plus d’information ?

Comment l'endométriose est-elle diagnostiquée ?

L'endométriose est une maladie épineuse et il est difficile d'en faire le diagnostic en raison de nombreux obstacles. La méconnaissance professionnelle face à cette maladie, la forme que prend ce mal et les mythes qui y sont associés comptent parmi ces obstacles.

Il n'existe aucune façon simple, précise et non effractive d'établir un diagnostic d'endométriose. Certains symptômes peuvent indiquer au médecin qu'il y a lieu d'établir un diagnostic. Un examen physique interne peut suggérer la possibilité d'une endométriose, mais un diagnostic définitif nécessite un examen des organes internes au moyen d'un laparoscope et un prélèvement des tissus endométriaux à des fins d'analyse, appelé biopsie d'endomètre. Ces tissus sont ensuite examinés au microscope. L'analyse de tissus d'endomètre est exécutée dans trois cas : pour identifier la cause de menstruations abondantes ou irrégulières, pour déterminer si l'endomètre peut nourrir un œuf fertilisé ou pour déterminer s'il y a cancer de l'utérus. Le prélèvement peut être fait à l'hôpital ou en clinique externe, par un généraliste ou un gynécologue.

Qu'est-ce qu'une laparoscopie ?

Un laparoscope est un mince tube à fibres optiques rigide, d'environ un pied de long, dont l'une des extrémités est dotée d'une lentille dans laquelle votre médecin regarde pour examiner l'intérieur de votre cavité abdominale. La laparoscopie est une procédure chirurgicale effectuée à l'aide d'un laparoscope. L'intervenant pratique une petite incision dans votre abdomen pour ensuite insérer le laparoscope. Votre médecin peut bouger l'appareil au sein de votre abdomen et vérifier l'état de vos parois abdominales en vue de détecter toute adhérence endométriale.

Il se peut qu'à la suite de l'intervention, vous éprouviez de la douleur à l'abdomen pendant quelques jours. Vous pouvez aussi éprouver des flatulences et des crampes, lesquelles sont provoquées par le dioxyde de carbone utilisé au cours de la procédure pour gonfler votre abdomen. Dans les cinq jours suivant l'intervention, vous devriez pouvoir reprendre vos activités normales. Des activités qui exigent un effort physique, tels le jogging, la natation, la marche rapide ou le soulèvement d'un gros poids ne sont pas conseillées pour une période d'au moins deux semaines.

Lorsque vous recevez un diagnostic, votre médecin doit vous informer de la phase qui correspond à l'étendue de votre endométriose.

Quelles sont les phases ?

Il se peut qu'on vous ait dit que votre endométriose en était en phase 1, 2, 3 ou 4. Les médecins utilisent cette terminologie pour décrire la gravité de votre endométriose et chaque phase est déterminée selon un système de points pondérés. Ce système est conçu pour déterminer l'étendue de l'endométriose selon la localisation, l'ampleur des adhérences endométriales touchant les ovaires, l'utérus, les trompes utérines, le cul-de-sac et le péritoine. On attribue à chaque adhérence un point selon son ampleur.

  • la phase 1 est minime (1 à 5 points)
  • la phase 2 est légère (6 à 15 points)
  • la phase 3 est moyenne (16 à 40 points)
  • la phase 4 est grave (plus de 40 points)

En phases 1 et 2, les adhérences endométriales sont minimes et peu répandues. Par contre, les adhérences des phases 3 et 4 sont habituellement plus grosses et génèrent des tissus cicatriciels de façon étendue.

Quels sont les traitements contre l'endométriose ?

Il existe un nombre de traitements offerts aux femmes et les taux de succès varient. Dans tous les cas, l'endométriose peut réapparaître.

1. Les traitements médicaux. C'est ce que votre médecin envisagera d'abord. Ces traitements peuvent être prescrits pour réduire l'inflammation et la douleur ou pour rétablir votre équilibre hormonal.

2. Les traitements chirurgicaux. Les médecins ont recours à cette approche pour réduire la douleur et l'étendue des adhérences - les bandes de tissus cicatriciels qui, de façon normale, séparent les organes, habituellement à la suite d'une chirurgie.

Les chirurgies suivantes figurent parmi les types de pratiques :

La laparatomie est une chirurgie conservatrice qui vise à retirer uniquement les tissus atteints, tels les lésions, les adhérences et les kystes. L'utérus et au moins un ovaire et une trompe utérine sont préservés.

L'hystérectomie est l'ablation de l'utérus par chirurgie. Dans les cas d'une hystérectomie totale ou complète, seuls l'utérus et le collet sont retirés, et le chirurgien laisse en place les trompes utérines et les ovaires. Vous pouvez encore ovuler mais vous ne serez plus menstruée. Dans les cas d'ablation des trompes utérines et des deux ovaires, ainsi que de l'utérus et du collet, la procédure s'appelle une hystérectomie totale avec salpingo-oophorectomie bilatérale.

Une ovariectomie est l'ablation chirurgicale d'un (unilatérale) ou des deux (bilatérale) ovaires. Si on vous enlève un seul ovaire et qu'on vous laisse votre utérus, vous serez encore fertile et vous serez menstruée de façon normale. Toutefois, l'ablation des deux ovaires provoquera la ménopause, votre équilibre hormonal étant touché. L'ablation des ovaires est souvent recommandée dans des cas d'endométriose puisque la réduction du taux d'œstrogène dans votre corps diminuera la taille des adhérences.

Certains médecins vous diront qu'une hystérectomie est le seul traitement qui élimine l'endométriose. Il est important que vous sachiez que tous les tissus endométriaux qui ne sont pas enlevés ou qui sont difficilement accessibles peuvent déclencher un retour de l'endométriose.

3. La laparascopie en tant que traitement : Les adhérences endométriales peuvent être enlevées ou détruites au moyen de la laparascopie et vous pouvez être soulagée de vos symptômes. Ce traitement peut vous permettre d'être enceinte si tel est votre désir, à la condition que vous n'ayez pas d'autres problèmes qui peuvent causer chez vous une infertilité. Certains médecins ne sont pas formés pour effectuer une laparascopie en guise de traitement contre l'endométriose. Vous devrez en parler avec votre médecin.

4. Les médecines douces et les changements de mode de vie : Les médecines douces reconnaissent que toute maladie porte atteinte à votre bien-être émotif et physique. La plupart des systèmes de médecine douce adoptent une approche holistique - ils traitent la personne de façon globale plutôt que de traiter une maladie ou une partie du corps spécifique. Il s'agit là d'une approche bien appréciée par les femmes souffrant d'endométriose.

Les traitements de médecines douces sont ceux qui ne sont pas normalement offerts par le système médical général. Parmi un large éventail de traitements, on trouve les approches suivantes :

  • l'alimentation et les plantes médicinales;
  • l'homéopathie;
  • l'acupuncture;
  • la chiropractie;
  • l'ostéopathie; et
  • la naturopathie.

Où puis-je trouver plus d’information ?