Les perturbateurs endocriniens dans le milieu de travail : Le cas des femmes et de la production des matières plastiques dans l’industrie automobile

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Date: 
mec, 2012-09-12 06:00

Ècoutez l'entregistrement (64 minutes, présenté en anglais) 

Mercredi 12 septembre 2012 à 11 h heure de l’Est (durant une heure)

Un événement gratuit présenté par le Réseau canadien pour la santé des femmes et le  Réseau pancanadien sur la santé des femmes et le milieu. 

Invités participants :
Sari Sairanen, Travailleurs et travailleuses canadien(ne)s de l’automobile
James Brophy et Margaret Keith – chercheurs principaux, « Women, Plastics and Breast Cancer Project » (Les femmes, les matières plastiques et le projet du cancer du sein)
Gina Desantis – travailleuse de l’industrie automobile, Windsor ON

Modératrice : Anne Rochon Ford, directrice exécutive, RCSF

Le Canada possède l’un des taux de cancer du sein les plus élevés du monde. Le risque de cancer du sein chez les travailleuses, surtout celles occupant des emplois de col bleu, a fait l’objet de très peu de recherches scientifiques. Les travailleuses et les entreprises qui les emploient ont en outre reçu très peu de soutien pour comprendre les risques qui sont associés au travail avec des produits chimiques et prendre des mesures de protection. Afin de combler cette lacune, un groupe de chercheurs a entrepris une recherche sur le risque de cancer du sein chez les travailleuses de l’industrie automobile dans la région de Windsor, une région très industrialisée du sud-ouest de l’Ontario. Des études menées sur des animaux ont démontré que le taux de cancer du sein est plus élevé chez les individus qui sont exposés à certains produits chimiques, en particulier les produits pouvant perturber le système endocrinien. Un nombre croissant de preuves épidémiologiques montre que les êtres humains sont semblablement touchés. 

Les perturbateurs endocriniens, qui jouent, pense-t-on, un rôle dans le cancer du sein, et les substances cancérigènes sont présents dans de nombreux environnements de travail. L’exposition à des produits chimiques qui sont des modulateurs endocriniens peut être particulièrement importante pour les femmes pendant certaines fenêtres clés de vulnérabilité. Ces produits chimiques peuvent être libérés au cours de divers processus de fabrication des matières plastiques, comme le chauffage, le coulage, le fraisage, l’assemblage et la décoration.

Les chercheurs invités, qui travaillent de concert avec leurs collègues du Réseau pancanadien sur la santé des femmes et le milieu, parleront de leur recherche et du besoin critique d’accorder plus d’attention à ce champ d’études. 

Pour plus apprendre :

Pas un magasin de fleurs : Une exploration des risques de cancer du sein et des préjugés liés au genre dans l’industrie des pièces d’automobile en plastique en Ontario par Mary-Louise Leidl.

Réseau pancanadien sur la santé des femmes et le milieu 

Plastic invasion: The consequences of convenience on the human body (en anglais) 

Our Stolen Future (en anglais)

State of the Evidence 2010: The Connection Between Breast Cancer and the Environment (en anglais)

ChemTrust (en anglais)

 

Fichier attachéTaille
Presentation by Sari Sairanen.pdf1.01 Mo
Presentation by J. Brophy & M. Keith part 1.pdf3.64 Mo
Presentation by J. Brophy & M. Keith part 2.pdf7.59 Mo