La surveillance biologique : mesurer le taux de pollution dans les corps des femmes pour améliorer la santé des communautés

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable
Date: 
mec, 2011-03-30 12:00

Cliquez ice pour écouter l'entregistrement

(présenté en anglais)

Le RCSF et le Réseau pancanadien sur la santé des femmes et le milieu souhaitent la bienvenue à Sharyle Patton, qui explorera les possibilités qu’offre la surveillance biologique (le dépistage de produits chimiques dans le corps). Elle traitera de la question suivante : comment le fait de connaître sa charge corporelle  (la quantité totale de produits chimiques présente dans le corps humain, à un instant donné) aide à faire des choix éclairés et motive à s’engager dans une action militante.

Bien que les résultats issus d'une surveillance biologique peuvent avoir des effets dévastateurs pour les individus, selon Sharyle, une utilisation de l’information, qui tient compte du respect des traditions, peut s’avérer un outil très puissant pour aider les groupes à transformer les politiques en matière de produits chimiques. Conteuse, Sharyle illustrera ses propos en racontant le vécu des femmes qu’elle a croisées dans le cadre de son travail.

Sharyle est directrice de la Health and Environment Program et du Biomonitoring Resource Center, à la Commonweal Institute, à Bolinas, en Californie. Elle est également directrice de projets spéciaux au Collaborative on Health and Environment.


Cet événement est possible grâce à une contribution financière de Santé Canada. Les opinions exprimées dans les présentes ne reflètent pas nécessairement les positions de Santé Canada.