Toxines et tampons

Text Size: Normal / Medium / Large
Printer-friendly versionPrinter-friendly version

 

par Rachel Thompson

Attention à toutes les femmes menstruées : S'il ne suffit pas que les tampons et les applicateurs encombrent nos systèmes d'évacuation des eaux usées, avec ces "petites choses roses" (les applicateurs en plastique) échouées sur toutes les plages, voici de l'information qui pourrait vous faire jurer de renoncer à eux. Du moins à ceux qui contiennent du chlore.

Les femmes ont commencé à prendre conscience des problèmes liés à l'usage des tampons au début des années 1980.

Beaucoup de femmes sont tombées très malades -- certaines sont mortes, celles qui n'ont pas vécu dans cette condition pour le reste de leurs jours.

Le syndrome de choc toxique (SCT) avait frappé. Il a frappé des femmes mentruées qui utilisaient des tampons. L'énigme semblait résider dans la capacité d'absorption. Plus le tampon est absorbant, plus il risque de causer le SCT.

En fait, des cas de SCT sont apparus lorsque l'on a introduit dans les tampons des fibres artificielles hyper-absorbantes, comme la rayonne. Ces types de fibres sont toujours utilisés de nos jours, mélangés à du coton. Certaines affirment que cela n'est pas encore assez sûr.

Les coupures dûes aux fibres

Les fibres artificielles (comme la rayonne) utilisées dans les tampons sont abrasives. Ainsi, lorsqu'un tampon s'allonge, il exerce une pression sur la région utérine, provoquant de petites coupures qui enferment des particules dans les tissus.

Des toxines dans les tampons

De nos jours, les ingrédients toxiques contenus dans les tampons incluent de l'aluminium, des alcools, des additifs de parfum et des hydrocarbures. Pire encore, les procédés de blanchiment des tampons laissent des résidus de dioxine.

La plupart des fabricants soutiennent que la dioxine, un produit chimique chloré relié au cancer (et peut-être à l'endométriose), ne se retrouve pas en quantités "décelables" dans les tampons blanchis.

Mais cela dépend de la façon de mesurer. Et puisque la dioxine peut s'accumuler dans le corps au fil des ans, même la plus infime quantité, trouvée en parties par milliard plutôt que par million, peut être nocive.

Pourquoi alors les tampons contiennent-ils de la dioxine?

En Europe, les autorités sanitaires ont déclaré inacceptable toute quantité de dioxine. L'Organisation mondiale de la santé considère la dioxine comme une substance cancérigène. Malgré cela, Santé Canada n'a pas encore pris position sur cette substance.

Les solutions de rechange

Puisque les serviettes hygiéniques ordinaires subissent des procédés de blanchiment similaires à ceux des tampons, elles ne constituent pas vraiment la meilleure solution, mais sont un moindre mal. Elles ne laissent pas la dioxine à l'intérieur de votre corps, mais quand même très près.

Heureusement, il existe des entreprises qui produisent des tampons en coton non blanchis. Certaines utilisent même du coton cultivé naturellement (sans produits chimiques). Il y a également The Keeper©, un récipient réutilisable pour les menstruations. De plus, un bon nombre de femmes qui se préoccupent de leur santé et de l'environnement fabriquent ou achètent des serviettes hygiéniques lavables.

Nos corps notre sang

Remplacer les tampons blanchis implique un plus grand contact avec votre sang. Ni plus ni moins. Les tampons naturels n'ont pas d'applicateurs, car ceux-ci sont reconnus pour blesser les femmes. Les serviettes hygiéniques lavables exigent que vous nettoyiez le sang des serviettes.

Cela peut être très libérateur. Toutefois, puisque les menstruations ont été littéralement aseptisées pour nous, cela pourrait nous dégoûter de toucher le sang menstruel.

Voilà pourquoi des articles tels que les tampons blanchis se retrouvent encore à la tête du marché. Ils fournissent le produit le plus propre (le plus blanc) et renforcent l'idée que le sang est sale dans des publicités où l'on n'ose même pas le montrer -- étant remplacé par du liquide bleu n'ayant ni la consistance ni la couleur de notre sang.

Ressources :

Blood Sisters (Soeurs de sang)
Issu d'un réseau engagé de distribution de serviettes recyclables.
www.pirg.ca/~bloodsisters

Museum of Menstruation and Women's Health (Musée de la menstruation et de la santé des femmes)
www.mum.org

Many Moons: Alternative Menstruation Products (Nombreuses lunes : Produits de substitution pour les menstruations)
Téléphone et télécopieur: (250) 582-8815
Numéro sans frais: 1-800-916-4444
Courriel: manymoons@pacificcoast.net
www.pacificcoast.net/~manymoons

Natracare
Serviettes hygiéniques et tampons naturels
www.natural-goodness.com/womenonly.htm

Terra Femme:tampons en coton sans chlore créés par des femmes pour les femmes
Téléphone: (416) 539-8548
Télécopieur: (416) 539-9784
Courriel: hoffice@biobiz.com
www.biobiz.com/terrafemme

The Keeper© (voir bande dessinée)

Lecture supplémentaire :

Whitewash: Exposing the health and Environmental dangers of women's sanitary products and disposable diapers -- what you can do about it, par Liz Armstrong et Adrienne Scott.

Le syndrome de choc toxique est une maladie rare mais grave qui frappe principalement les femmes menstruées de moins de 30 ans, qui utilisent des tampons. La maladie est un syndrome, ou groupe de symptômes. Seules les personnes qui ont tous les symptômes comptent officiellement comme victimes du SCT. Cependant, il existe des cas de personnes présentant quelques-uns des symptômes, pouvant avoir une forme bénigne de la même maladie.

Voici les symptômes :

  • une forte fièvre, habituellement supérieure à 39 EC (102 EF);
  • des vomissements;
  • de la diarrhée;
  • une baisse soudaine de la pression artérielle, pouvant provoquer un état de choc;
  • une éruption cutanée semblable à un coup de soleil, qui pèle après un certain temps;

Si l'un de ces symptômes se manifeste pendant vos règles et que vous utilisez un tampon, enlevez-le immédiatement et recherchez l'aide d'un practicien ou d'une practicienne de soins de santé.

Source: The New Our Bodies, Ourselves, par le Boston Health Collective, publié chez Simon & Schuster, 1997.

Un test simple : Immergez un tampon ordinaire dans un bocal en verre rempli d'eau. Dans quelques heures, l'eau sera brouillée de résidus.