L’hystérectomie

Text Size: Normal / Medium / Large
Printer-friendly versionPrinter-friendly version

Qu'est-ce qu'une hystérectomie ?

L'hystérectomie est une opération qui consiste à enlever l'utérus. On dit aussi, l'ablation de l'utérus. Parfois, selon le cas, le col de l'utérus, les ovaires et les trompes de Fallope peuvent également être enlevés.

Pour quelles raisons pratique-t-on cette opération ?

Pour quelles raisons pratique-t-on cette opération ? L'hystérectomie est pratiquée afin de soulager différents malaises ou maladies. Pendant longtemps l'hystérectomie était considérée comme la première ou la seule solution pour soulager les femmes de certains problèmes gynécologiques. De nos jours, dans certains cas, d'autres solutions de rechange peuvent être envisagées. Comme l'hystérectomie est une chirurgie majeure et définitive, il est donc important de poser toutes vos questions et d'exiger d'avoir des réponses claires qui vous permettent de faire le choix qui correspond le plus à vos besoins.

Voici la liste des principales conditions qui peuvent, selon le cas, nécessiter une hystérectomie :

  • des fibromes utérins importants;
  • des saignements utérins excessifs;
  • une endométriose grave;
  • un prolapsus utérin sévère (descente de l'utérus dans le vagin); et
  • des cancers gynécologiques* (cancer de l'utérus, du col de l'utérus, des ovaires, des trompes de Fallope).

*L'hystérectomie peut être pratiquée afin de traiter 10% à 12% de ces cancers.

Quels sont les différents types d'hystérectomie ?

Il existe quatre types d'hystérectomies. Le choix du type d'hystérectomie se fera essentiellement en fonction du problème à traiter :

  • L'hystérectomie subtotale (partielle ) consiste à enlever le corps de l'utérus mais à laisser le col de l'utérus en place.
  • L'hystérectomie totale consiste à enlever le corps de l'utérus ainsi que le col de l'utérus.
  • L'hystérectomie totale avec salpingo-ovariectomie (bilatérale si les deux ovaires sont enlevés), au cours de laquelle le corps de l'utérus, le col de l'utérus, ainsi que les ovaires et les trompes de Fallope sont enlevés.
  • L'hystérectomie radicale , qui est surtout pratiquée dans le cas de cancers gynécologiques invasifs, consiste à la même procédure que l'hystérectomie totale avec en plus l'ablation de la partie supérieure du vagin ainsi que des ganglions lymphatiques pelviens.

De quelles manières se pratique l'hystérectomie ?

L'ablation de l'utérus se fait soit par voie vaginale, par voie vaginale assistée par laparoscopie ou par voie abdominale :

  • Hystérectomie abdominale . L'intervention est réalisée par une incision sur l'abdomen d'environ 10 à 15 centimètres qui peut être horizontale, c'est-à-dire sous la ligne des poils du pubis ou verticale, entre le pubis et le nombril. Elle a l'avantage de permettre à la chirurgienne d'atteindre facilement l'utérus et les trompes de Fallope dans le cas d'une hystérectomie radicale notamment et facilite également l'extraction dans le cas d'un utérus ou de fibrome de grande dimension. Toutefois, elle nécessite un séjour de plusieurs jours l'hôpital et laisse une cicatrice apparente.
  • Hystérectomie par voie vaginale . L'intervention nécessite une petite incision dans le fond du vagin. C'est à travers cette incision que l'utérus sera retiré. Cette intervention est surtout utilisée dans le cas de prolapsus utérin (descente de l'utérus) puisque l'utérus est déjà descendu près du vagin. Cette approche a l'avantage de nécessiter qu'un court séjour à l'hôpital et de ne laisser aucune cicatrice apparente.
  • Hystérectomie vaginale assistée par laparoscopie . Cette intervention nécessite que de petites incisions (entre 2 et 4) soient faites sur l'abdomen afin d'y insérer le laparoscope*. À l'aide de cet instrument, la chirurgienne libère l'utérus de ses attaches. L'utérus est ensuite retiré de la même façon que dans le cas d'une hystérectomie par voie vaginale. Cette intervention présente les mêmes avantages que l'hystérectomie par voie vaginale.
  • Laparoscope : instrument de la forme et de la grosseur d'un crayon et au bout duquel il y a une lumière et divers accessoires qui permettent de libérer l'utérus de ses attaches.

À court terme, quels sont les risques et les complications qui peuvent être liés à l'hystérectomie ?

Quel que soit le type d'intervention chirurgicale, il n'y a aucune chirurgie sans risque. Voici donc une liste des principaux risques et complications qui peuvent survenir à la suite d'une hystérectomie :

  • infections sévères qui peuvent exiger que la femme retourne à l'hôpital et suive un traitement avec des antibiotiques;
  • problèmes urinaires pouvant aller d'une infection aux reins ou à la vessie jusqu'à l'incontinence urinaire (ce risque est plus grand dans le cas d'une hystérectomie radicale);
  • hémorragie qui peut nécessiter des transfusions sanguines;
  • réactions sévères dues à l'anesthésie; et
  • problèmes intestinaux si des dommages ont été causés aux intestins pendant la chirurgie. Certaines femmes devront subir une nouvelle intervention chirurgicale afin qu'on enlève les adhérences* qui obstruent (bouchent) leurs intestins.

*Adhérence : tissu cicatriciel qui attache des organes ensemble ou qui peut s'installer sur un organe, l'obstruer (boucher) et perturber son fonctionnement.

Quel que soit le type de chirurgie que vous devrez subir, assurez-vous de bien connaître tous les risques et les complications possibles. Vous avez le droit d'exigez d'avoir des réponses claires à vos questions.

À long terme, quels sont les risques et complications possibles liés à l'hystérectomie ?

Voici la liste des principaux risques et complications qui peuvent survenir à la suite d'une hystérectomie :

  • Le prolapsus, qui signifie la descente d'un organe vers le bas. Lorsque l'utérus est enlevé, d'autres organes tels que les intestins et la vessie peuvent descendre vers le bas et engendrer des problèmes de constipation et/ou d'incontinence urinaire (difficultés ou incapacités à contrôler sa vessie). Ces types de prolapsus peuvent également engendrer des douleurs lors de la pénétration du pénis, d'un doigt ou d'un objet dans le vagin.
  • La ménopause. Lorsque les ovaires sont enlevés lors d'une hystérectomie, la quantité d'hormones en circulation dans le sang chute brusquement. Suite à ce type de chirurgie, les femmes qui ne sont pas ménopausées le deviennent, c'est ce qu'on appel une ménopause « chirurgicale ». Les symptômes de la ménopause se font alors sentir. Voici la liste des principaux symptômes :
    • bouffées de chaleur;
    • sécheresse vaginale (difficultés à lubrifier);
    • fatigue;
    • sueurs nocturnes;
    • irritabilité;
    • insomnie;
    • migraines; et
    • risques accrus d'ostéoporose et de maladies cardiaques.

Même si les ovaires ne sont pas enlevés, certaines femmes peuvent être ménopausées suite à l'intervention. Dans ces cas, la ménopause serait causée par la diminution de la quantité de sang amenée jusqu'aux ovaires. Cette diminution aurait pour effet d'empêcher les ovaires à produire des hormones en quantité suffisante.

  • Tristesse/deuil. Pour certaines femmes, le fait de perdre leur utérus est un évènement triste et très bouleversant. L'image qu'elles peuvent avoir d'elles-mêmes en tant que femme suite à l'opération peut alors être perturbée. Certaines femmes se sentiront déprimées et vivront une période de deuil, surtout pour celles qui auraient aimé être enceinte éventuellement.

Les émotions ressenties à la suite d'une hystérectomie peuvent aussi avoir une cause physiologique. Le fait d'avoir subi l'ablation des ovaires, ainsi que la chute du taux hormonal qui s'en suit, peuvent provoquer des changements au niveau du comportement : irritabilité, crises de larmes, insomnies. Si tel est votre cas, le support de votre entourage, d'une professionnelle de la santé ou d'un groupe d'entraide peut alors vous aider à passer à travers cette période de changements et d'adaptation.

Il est important de mentionner que pour certaines femmes l'hystérectomie peut être vécue comme un événement positif puisque les bienfaits qu'elles ressentent sont alors plus importants à leurs yeux que les complications dues à l'opération.

J'ai subi une hystérectomie avec l'ablation des ovaires, l'hormonothérapie est-elle une bonne solution pour moi ?

Suite à l'ablation des ovaires notamment, les symptômes de la ménopause se feront alors sentir. Certaines femmes opteront pour l'hormonothérapie alors que d'autres s'en remettront à la médecine alternative. Le choix de suivre ou non une thérapie hormonale de remplacement n'est pas facile. Certaines chercheuses prônent les bienfaits de cette thérapie pour soulager les symptômes de la ménopause et pour prévenir l'ostéoporose alors que d'autres émettent des mises en garde contre l'augmentation du risque de cancer du sein et les maladies du cœur liée à son utilisation. Puisque chaque femme est différente de part son histoire médicale notamment, il est important que vous preniez le temps de discuter, avec votre médecin, des avantages et des inconvénients que l'hormonothérapie représente pour vous.

Est-ce que ma sexualité sera la même suite à l'hystérectomie ?

Il est difficile de prévoir quel impact l'hystérectomie aura sur votre sexualité, chaque cas étant unique. Pour certaines femmes l'hystérectomie n'aura aucun impact sur leur sexualité. D'autres verront leur sexualité prendre un nouvel essor, car enfin elles sont soulagées des malaises qu'elles ressentaient avant l'hystérectomie et qui rendaient les relations sexuelles douloureuses et dans certains cas impossibles. D'autres encore vivront certains changements sur le plan de leur sexualité dont voici ceux qui sont les plus souvent rencontrés :

  • Sentiment d'avoir perdu sa féminité. Pour certaines femmes, le fait d'avoir perdu leur utérus peut être vécu comme une perte de leur féminité. Un questionnement concernant l'image qu'elles ont d'elles-mêmes en tant que femme et leur attirance sexuelle peut faire partie du processus post-opératoire. Si tel est votre cas, en parler avec votre partenaire et obtenir son soutien peut grandement vous aider tout au long de ce processus de remise en question et d'adaptation.
  • Peur de la douleur. Suite à l'opération, certaines femmes peuvent ressentir la peur d'éprouver de la douleur lors des premières relations sexuelles, surtout s'il y a pénétration. Cette peur peut également être vécue par le conjoint ou la conjointe, d'où l'importance de parler ensemble des craintes que vous éprouvez.
  • Difficulté à atteindre l'orgasme. D'un point physiologique, la perte de l'utérus peut amener certaines femmes à éprouver des difficultés à atteindre l'orgasme. En effet, pour certaines le fait de sentir le pénis ou le doigt de leur partenaire pousser sur le col de l'utérus peut créer des contractions de l'utérus qui leur procurent excitation et plaisir. Pour ces femmes, l'hystérectomie peut donc compromettre leur capacité à atteindre l'orgasme. Se réapproprier sa sexualité en redécouvrant de nouvelles caresses qui vous font plaisir et en dialoguant avec votre partenaire peut vous aider à augmenter votre degré de satisfaction sexuelle.
  • Difficultés lors de la pénétration. Parmi celles qui ont également subi l'ablation du col de l'utérus et le rétrécissement de la longueur du vagin, certaines pourront ressentir de l'inconfort lors de la pénétration. Avec votre partenaire, l'exploration de nouvelles caresses et de nouvelles positions qui vous procurent plus de satisfaction peut vous aider à vous réapproprier votre sexualité.
  • Difficultés à lubrifier et perte de désir sexuel (libido). Les femmes qui ont subi une hystérectomie avec l'ablation des ovaires peuvent éprouver une baisse de désir sexuel et de la difficulté à lubrifier. Afin de palier au déséquilibre hormonal causé par la perte des ovaires, certaines femmes vont opter pour l'hormonothérapie. D'autres vont plutôt miser sur la présence d'une ou d'un partenaire à l'écoute, l'expérience d'une vie sexuelle stimulante et l'utilisation de lubrifiant afin de palier à ces difficultés.

Peu importe le type de difficultés rencontrées, la rencontre d'une sexologue ou d'une thérapeute, avec ou sans la présence de votre partenaire, peut vous aider à réapprivoiser et à vous réapproprier votre sexualité.

Où puis-je trouver plus d’information ?