Le fleuve regorge de composés d’œstrogène