Incontinence urinaire - renseignements professionnels: Diagnostique différentiel

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Diagnostique différentiel

Établir le type d’incontinence urinaire, après avoir éliminé les causes réversibles

Incontinence urinaire à l’effort

  • sans faiblesse des muscles du plancher pelvien
    • attribuable à une déficience du sphincter interne ou à une déviation anatomique du col vésical
      • en particulier chez les femmes qui ont eu un accouchement difficile ou qui souffrent de troubles collagéniques héréditaires
    • attribuable à l’instabilité urétrale
  • avec faiblesse des muscles du plancher pelvien (déficience du sphincter externe)
    • attribuable à la sarcopénie, à l’obésité, ou à des pressions récurrentes

Incontinence urinaire d’urgence

  • attribuable à des facteurs comme l’âge ou l’idiopathie
  • attribuable à des dommages au tractus central inhibiteur :
    • accident cérébral vasculaire frontal, maladie de Parkinson, tumeur, hydrocéphalie à pression normale
  • attribuable à une irritation vésicale localisée :
    • pierres, polypes, cancer, cystite
  • attribuable à la faiblesse des muscles du plancher pelvien associée à une consommation excessive de boissons caféinées (souvent en présence d’une démarche difficile)

Incontinence urinaire par regorgement

  • obstruction vésicale à la sortie :
    • chez la femme : large cystocèle ou prolapsus, sténose post-chirurgie ou radiothérapie.
  • dysfonction du détrusor :
    • Blessure à la moelle épinière, métastases à la moelle épinière, sténose spinale
    • Médicaments anticholinergiques.

Suivant : Choix thérapeutiques

 

Nous avons le plaisir d’héberger cette série de FAQ à l’intention des professionnels de la santé, préparée sous la direction de Cara Tannenbaum, du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

Naviguer le contenu sur l’incontinence urinaire - renseignements professionnels

Pour des renseignements personnels, cliquez içi.